CePiCOP - Colza - 30/03/2021: Le retour du printemps et des insectes

Envoyé le 30/03/2021

photo Les bonnes températures sont favorables aux insectes et au développement du colza

La remontée des températures frôlant les 20°C, bien au-dessus des normales de saison, le soleil généreux et le vent du Sud sont profitables au colza d’hiver qui continue son développement.  La taille du colza varie d’un champ à l’autre et selon les variétés. 

Ces conditions météo sont également favorables au vol d’insectes. Dans le réseau d’observations en colza, les méligèthes ont été capturés dans tous les bassins. Leur nombre est cependant très variable d’un champ à l’autre.  Les captures les plus faibles (entre 1 et 25 adultes) ont été rencontrées dans 7 situations, à Boignée, Stavesoul, Morialmé, Sauvenière, Tongrinne, Isnes et Tarcienne.  Un nombre plus important de méligèthes (entre 50 et 70 adultes) a été capturé dans 6 situations, à Chièvres, Gembloux, Soye, Pailhe, Suarlée et Bois-de-Villers.  Les captures les plus importantes (de 150 à 820 adultes) ont été observées dans 6 champs, à Anthée, Clermont, Jamagne, Denée (429), Saint-Servais (450) et Dinant (820).

Dans les plantes, des méligèthes ont également été dénombrés le lundi 29 mars, aussi en nombre très variable d’un champ à l’autre.  Dans 12 situations, il y avait moins de 30 méligèthes pour 40 plantes, c’est-à-dire moins d’1 méligèthe par plante.  Dans 4 autres champs, la moyenne était inférieure à 80 méligèthes pour 40 plantes, càd moins de 2 méligèthes par plante.  Plus de 80 méligèthes pour 40 plantes ont été rencontrés dans 6 champs, soit un tiers des champs du réseau : à Suarlée (82), Jamagne (84), Lesves (87), Denée (107), Saint-Servais (237, soit 6 méligèthes/plante) et Dinant (461, soit 11 méligèthes/plante en moyenne). 

Méligèthe sur inflorescence de colza

 

Des charançons de la tige ont été relevés dans 15 bassins sur 22, avec un nombre réduit d’adultes (entre 1 et 7 individus, charançons de la tige du colza et de la tige du chou).  Dans les plantes, ils ont été retrouvés dans 7 champs sur 22, avec 1 à 5 individus pour 40 plantes.

Quelques déformations de tige de colza d’hiver apparaissent ; il s’agit de dégâts de charançon de la tige du colza arrivés il y a quelques semaines, lors du premier réchauffement.

Charançon de la tige du colza

 

Etant donné la météo printanière, la situation évolue maintenant très rapidement.  Il faut donc vérifier dans chaque champ, la présence des méligèthes et des charançons de la tige, dans les bassins et plus important encore, sur les plantes dont le développement des boutons floraux est rapide.  Les plus petits boutons sont les plus vulnérables.  Les insectes sont parfois bien cachés ; il faut secouer les inflorescences dans le creux de la main.

Lors du semis, l’ajout d’une variété à floraison très précoce (ES ALICIA) permet d’attirer les méligèthes sur ses fleurs.  Cependant, s’ils sont très nombreux, cette méthode de lutte sera insuffisante.

Les seuils d’intervention pour lutter contre le méligèthe en colza sont les suivants :

 

La surveillance, de préférence pendant les heures chaudes de l’après-midi, continue jusqu’à la floraison du colza d’hiver.

 

Christine Cartrysse, Centre Pilote CePiCOP - Michel De Proft, Expert scientifique CRA-W


Les données d’observation sont issues d’un réseau de piégeage du colza rassemblant des observateurs du CePiCOP, du CARAH, du CPL-Végémar, du CRA-W, du Parc Naturel de Burdinale Mehaigne et de Protect’Eau, et couvrant les différentes régions de production du colza.