Jaunisse nanisante de l’orge (JNO) : Les vols de pucerons continuent

Date(s) : Observations 28 octobre 2019 / Semis escourgeon du 22 septembre au 11 octobre

Réseau : 18 parcelles d’escourgeon réparties dans les localités suivantes : Brabant wallon (Jandrain, Nivelles), Hainaut (Ath, Montroeul-au-Bois), Liège (Milmort, Mortroux, Pailhe, Villers-L’Evêque, Waremme), Namur (Anthée, Biesmerée, Clermont, Corroy-le-château, Falmagne, Foy, Meux, Rhisnes, Thy-le-Château)

7 parcelles de froment réparties dans les localités suivantes : Brabant wallon (Marbais, Nivelles), Hainaut (Ath), Liège (Milmort), Namur (Anthée, Clermont, Meux)

Légende : sur feuille d'escourgeon (à gauche) pucerons ailés et larves aptères ; (à droite) colonie de pucerons aptères.

 

Selon les dates de semis, les escourgeons présentent des stades de développement fort variés : de deux feuilles étalées jusqu’à deux talles visibles. 

Les populations de pucerons demeurent disparates (de 0 à 46 % de plantes colonisées par au moins un puceron) ; elles ont peu évolué au cours des derniers jours, excepté à Ath où elles ont sensiblement augmenté jusqu’à atteindre 46 %. Les plus fortes colonisations sont observées dans l’ouest de la Wallonie, toutefois des niveaux élevés sont possibles partout.

Les escourgeons traités la semaine du 21/10 sont indemnes de pucerons. Dans ceux traités auparavant on peut trouver des ré-infestations de l’ordre de 2 % des plantes.  

 

Les premiers froments sont au stade une feuille. L’infestation va de 0 à 7 % des plantes colonisées, excepté à Ath où elle atteint déjà 21 %.

L’analyse virologique des pucerons collectés a montré des proportions assez faibles de pucerons virulifères (2-3 %).

 

Sur base de ces observations, notre conseil est le suivant :

EN ESCOURGEON

  • Ne pas appliquer d’insecticide sur des variétés tolérantes à la jaunisse nanisante de l’orge (COCCINEL, DOMINO, HIRONDELLA, KWS AMISTAR, LG ZEBRA, MARGAUX, NOVIRA, PARADIES et RAFAELA), même si des pucerons y étaient observés en grands nombres.
  • Visiter chaque parcelle afin d’estimer les pourcentages de plantes porteuses de pucerons. Pour ce faire, un relevé sur 100 plantes choisies au hasard peut suffire.
  • Traiter dès à présent les emblavures ayant atteint ou dépassé trois feuilles, et dans lesquelles 20 % des plantes ou plus sont porteuses de pucerons.
  • Dans les emblavures plus jeunes ou moins infestées, il sera peut-être utile d’appliquer un traitement insecticide avant l’hiver, mais le mieux serait de ne pas intervenir immédiatement. En effet, plus l’application est précoce plus elle expose la culture à la recolonisation par les pucerons. Dans ces situations intermédiaires, le mieux est de surveiller les prévisions météorologiques et de traiter le plus tard possible, mais avant d’être bloqué par une longue période de pluie.

 

EN FROMENT

  • N’appliquer un traitement insecticide que dans  les emblavures ayant atteint ou dépassé les 20 % des plantes occupées par au moins un puceron (dans notre réseau, 1 champ sur 7 : Ath).
  • Pour les autres, attendre l’avertissement de la semaine prochaine.

 

La liste des traitements autorisées est accessible ici

Notre surveillance continue.  Le prochain avertissement est prévu pour le 05 novembre.

Coordination  scientifique : Groupe « ravageurs », M. De Proft, G. Jacquemin

 

Retour