Le colza : Toujours froid et insectes quasi-absents

Situation au 31 mars 2020

Malgré l’ensoleillement important, le vent du N-NE continue à contrarier les insectes ravageurs et pollinisateurs.

Très peu de captures de méligèthes et de charançons de la tige ont été enregistrées dans les pièges durant la semaine écoulée.  Très peu d’insectes présents, voire absents, dans la culture de colza d’hiver qui se développe au ralenti et qui tarde à entrer en floraison.  Les tiges de colza sont courbées à cause du vent permanent et du gel nocturne.

Sur les 30 champs de colza suivis cette semaine dans le cadre du réseau d’observations(*), un seul lieu présentait un nombre très important d’insectes, sans doute lié à un microclimat (Post-Vallée de l’Attert).

Les températures restant faibles aussi bien la nuit (gel) que la journée, ne seront pas favorables aux vols d’insectes.

La remontée prochaine des températures va accélérer le départ en floraison du colza et faire disparaître le risque lié aux méligèthes avant la floraison.

(*) Lieux d’observation du réseau de cette semaine : Ath, Anthée, Arbre, Chastre, Chaumont, Clermont, Denée, Dinant, Floreffe, Haut-Ittre, Héron, Isnes, Jamiolle, Laneffe, Lamontzée, Marneffe, Morville, Nivelles, Pailhe, Pontaury, Post, Saint-Gérard, Saint-Servais, Sauvenière, Soye, Stavesoul, Tarcienne, Thy-le-Bauduin, Tongrinne, Wépion.

Christine Cartrysse, APPO, Centre Pilote CePiCOP

                                                           Michel De Proft, Expert scientifique CRA-W

Les données d’observation sont issues d’un réseau de piégeage du colza rassemblant des observateurs du CePiCOP/APPO, du CARAH, du CPL-Végémar, du CRA-W, de la DGARNE-Développement, de l’OPA de Ciney, du Parc Naturel de la Vallée de l’Attert et de Burdinale Mehaigne et de Protecteau, et couvrant les différentes régions de production du colza.

Retour