CePiCOP asbl Céréales 19.03.2018

Avertissement
Communication
Événement

Conseils pour le désherbage printanier

L’observation,… base du bon choix

Avant tout traitement, il est indispensable de vérifier l’état de la culture et d’identifier les adventices en présence.

Afin d’éviter tout effet phytotoxique, la céréale ne doit pas être déchaussée et atteindre le stade début tallage (la première talle doit être visible).

Toujours pour éviter ces problèmes de phytotoxicité, il convient de ne pas traiter en période de gel, même nocturne.

Les produits à utiliser devraient être déterminés en fonction des adventices présentes dans la parcelle.

La dose d’emploi des produits choisis peut, quant à elle, être raisonnée selon le niveau d’infestation et le stade de développement des adventices.

Froment et épeautre :

Il y a de fortes chances que les adventices soient bien développées dans les premiers semis.

Dans ce cas, il ne faut pas trop attendre et préférer l’utilisation de produits à pénétration foliaire, tant contre les graminées que contre les dicotylées.

Sur des semis plus tardifs, en présence d’adventices peu développées, l’emploi de produits racinaires pourrait s’avérer suffisant.

Escourgeon :

Si un rattrapage de printemps est nécessaire contre les graminées, les produits à base de pinoxaden (AXEO, AXIAL) ou de fenoxaprop (FOXTROT) constituent la seule solution.

En effet, ces anti-graminées spécifiques devraient être plus efficaces, sur des graminées probablement forts développées, que les produits à base de chlortoluron.

Coordination  scientifique : Groupe « phytotechnie », B. Bodson et R. Meza et F. Henriet

Vous trouverez ici les listes des produits autorisés en céréales réalisées à partir des données du Phytoweb, dont récemment remis à jour : les traitements herbicides, … 

L’hiver, d’abord marqué par de fortes pluies battantes, et ensuite par des périodes de froid assez sévère, n’a pas été favorable à la survie des pucerons. Par ailleurs, parmi les pucerons collectés au champ au cours de l’automne, une faible proportion s’était révélée porteuse du virus. Le risque d’extension post-hivernale de la virose est donc très faible.

Jusqu’à présent, les conditions météorologiques n’ont pas permis de mesurer correctement l’éventuelle infestation résiduaire. Ce sera chose faite dès les premiers beaux jours et fera l’objet d’un prochain avertissement.

Coordination  scientifique : Groupe « ravageurs », M. De Proft

Nous mettons en œuvre plusieurs améliorations de la plateforme qui nous sert à notamment diffuser les avertissements et pouvons connaître certains disfonctionnements à cause de ces changements.

N'hésitez pas à rapporter, le cas échéant, tout problème que vous pourriez rencontrer

à cadcoasbl@cadcoasbl.be

nous y regarderons au plus vite.

 

Le prochain avertissement est prévu pour le 27 mars


Réalisé grâce au concours et au soutien de nos partenaires
BWAQ CARAH CORDER CPL Végémar CRA-W CePiCOP OPA Ciney REQUASUD SPW ULg-GxABT Wallonie