Service messagerie et avertissements

Envoyé le 23/03/2020

Escourgeon

Stades : Les escourgeons semés fin septembre, début octobre sont majoritairement au stade phénologique « épi 1cm » (BBCH30) ou premier nœud (BBCH31) contrairement aux semis de fin octobre qui sont encore au stade BBCH29 (fin tallage).

Maladies : L’helminthosporiose et la rhynchosporiose sont très peu observées et le niveau d’infection est faible et ne nécessite pas de traitement. Seule la présence de la rouille naine ou d’oïdium sur certaines parcelles peut être préoccupante.

Fertilisation: Trois situations possibles en fonction de vos champs (article à consulter dans cet avertissement).

Désherbage : /

Ravageurs : /

Froment

Stades : Les parcelles de froments sont majoritairement en fin de tallage (BBCH29) pour les semis de mi-octobre et plein tallage pour les semis de mi-novembre (BBCH22-28).

Maladies : Quelques pustules de rouille et de la septoriose sont parfois visibles dans les étages foliaires inférieurs mais il est encore un peu tôt pour juger la pression des maladies !

Fertilisation : La première application a été ou est à réaliser pour un fractionnement en trois fractions.

Désherbage : En fonction des conditions climatiques (champs ressuyés et températures pas trop froides) et des adventices présentes, il est à réaliser.

Ravageurs : /

Pression des principales maladies foliaires sur escourgeon

Symptômes.

Détails et plus d’infos[1]

Constats dans le réseau CePiCOP

(Parcelles observées : Verity, Quadriga, LG Zebra, Coccinel, Jettoo, Hedwig, KWS Tonic, Rafaela,Tektoo)

 

 

 

L’oïdium est observé dans 11 des 13 parcelles du réseau. Dans le Hainaut: 5 à 60% des F-2 sont touchées en fonction des variétés. Dans la région de Liège, cette maladie a été observée sur 20% des F-2. Dans les parcelles du Namurois, on observe jusqu’à 20% des F-1 et 80% des F-2.

Stades clés : 30-49

Des pustules de rouille naine sont visibles dans toutes les parcelles du réseau. Dans le Hainaut, à Ath et Mainvaut : jusqu’à 10% des F-1 sont touchées. Dans la région de Liège, cette maladie a été observée sur 60% des F-2. Elle a été aussi observée dans les parcelles à Lonzée, Gesves et Chaumont-Gistoux avec jusqu’à 25% des F-1 et 75% des F-2 sur les variétés sensibles.

Stades clés : 31-51

Lhelminthosporiose est observée sur 4 des 13 parcelles du réseau. Dans ces parcelles, elle est visible sur maximum 20% de la F-2 mais le pourcentage de surface foliaire touché reste faible dans tous les cas.

Stades clés : 31-51

La rhynchosporiose est présente dans 3 des 13 parcelles, mais la proportion de plantes touchées est faible (maximum 10% des F-2 observées avec moins d’1% de surface touchée et reste dans le fond de la végétation). Cette maladie n’est donc pas préoccupante pour l’instant.

Stades clés : 31-51

Recommandations

L’état sanitaire des parcelles du réseau d’observation est en général bon et les parcelles ne sont qu’au stade 29-30 ou 31 pour les plus avancées. Seule la pression en rouille naine et en oïdium dans certaines parcelles notamment pourraient être préoccupantes et nécessiter un traitement si la parcelle a atteint le stade « 1ier nœud » (BBCH31). En effet, rappelons que pour lutter contre les maladies fongiques de l’escourgeon, un traitement unique au stade dernière feuille étalée (BBCH 39) est la solution généralement la plus adaptée

Cette semaine, une attention particulière doit notamment être portée si vous avez emblavé une variété plus sensible à la rouille naine ou à l’oïdium voir LBcéréales sept2019[2].

Comme mentionné dans l’édition de février 2020 (page 5/68) il est conseillé de privilégier un fongicide à base de triazole ou de cyprodinil voire une strobilurine en mélange avec un triazole pour le traitement de montaison. En présence faible de maladies et/ou de marché défavorable, on pourrait se contenter d’une dose réduite de fongicide à ce stade.

Coordination scientifique : Groupe « maladies » A. Legrève, A. Nysten

 

[1] Avis CADCO 2019 https://www.cadcoasbl.be/p03_archives/avert2019/cadco2019-05.pdf ou la page « maladies » du Livre Blanc des Céréales http://www.livre-blanc-cereales.be/thematiques/maladies/.

[2] Le profil de votre variété peut être consulté dans l’édition de septembre 2019 du Livre Blanc des Céréales (page 2/44). http://www.livre-blanc-cereales.be/wp-content/uploads/2019/10/2019-10_Livre-blanc.pdf

Les escourgeons semés fin septembre, début octobre sont majoritairement au stade phénologique « épi 1cm » (BBCH30) ou premier nœud (BBCH31) contrairement aux semis de fin octobre qui sont au stade BBCH29 (fin tallage).

Pour rappel, la réponse des variétés lignées et hybrides diffère, le fractionnement doit se raisonner en fonction du type de variété. Les fumures de référence 2020 du Livre Blanc céréales sont les suivantes :

ESCOURGEON variétés lignées

ESCOURGEON variétés hybrides

55 kg N/ha au tallage

25 kg N/ha au tallage

55 kg N/ha au redressement

75 kg N/ha au redressement

50 kg N/ha à la dernière feuille

75 kg N/ha à la dernière feuille

Actuellement, 3 situations sont possibles :

  • La fraction tallage a été appliquée avant le 16 mars, dans ce cas il est conseillé d’appliquer la fraction redressement lorsque les conditions le permettront.
  • La fraction tallage a été appliquée la semaine dernière, dans cette situation, il n’est pas recommandé d’appliquer la fraction redressement cette semaine. En effet, les conditions plus froides vont freiner la culture et les besoins en azote de la culture sont remplis par la fraction tallage.
  • La fraction tallage n’a pas encore pu être appliquée, dans ce cas, vu l’avancement actuel de la culture, il est recommandé de regrouper les fractions tallage et redressement en une seule fraction (80 kg N/ha)

Coordination scientifique : Groupe « phytotechnie », B. Bodson et R. Meurs

Les froments sont au stade plein tallage (BBCH22-28) ou majoritairement fin tallage (BBCH29).

Comme expliqué la semaine dernière pour l’escourgeon, la protection des cultures doit être raisonnée en fonction de la pression des principales maladies, des conditions météos annoncées et de la variété emblavée. Evaluer les pathogènes présents sur sa parcelle permet d’évaluer si l’infection est préjudiciable ou non. Les avis du CePiCOP sont là pour vous guider dans la stratégie à appliquer qui sera toujours optimisée sur base des conditions phytotechniques et vos propres observations de l’état sanitaire de vos parcelles.

En froment, les maladies comme le piétin-verse, la septoriose et l’oïdium sont communément détectées dans les champs et c’est leur sévérité qui va indiquer les risques encourus par la culture. Les rouilles doivent être sous surveillance dès les premières détections notamment sur les variétés sensibles et un traitement spécifique est parfois nécessaire au stade 1Ier nœud pour ces variétés sensibles. La septoriose est à surveiller sur les variétés sensibles à partir du stade 32. Sur les variétés tolérantes, il n’est pas nécessaire d’envisager un traitement contre cette maladie avant le stade dernière feuille.

Figure 1. Période d’infection des principales maladies du blé (flèches horizontales) et stades de croissance clé de la protection fongicide en blé (flèches verticales). Source : Equipe Lutte intégrée, Livre Blanc des Céréales, 2018.

Pour décider de la stratégie de protection fongique : il faut donc évaluer l’état sanitaire de sa parcelle en tenant compte de la variété, évaluer les pathogènes par ordre d’importance et le positionnement du/des traitement(s) sera fonction de cette analyse. Une ou deux applications fongicides suffisent généralement pour contrôler l’ensemble des maladies. L’intérêt ou non d’un traitement en montaison n’est à envisager qu’à partir de du stade 31 (fig.1). Les diagrammes décisionnels repris dans le Livre Blanc des Céréales permettront d’orienter vos choix à chaque étape de la saison (page 46).

Coordination scientifique : Groupe « maladies » A. Legrève, A. Nysten

Froment d’hiver

Après les épisodes de pluies abondants, les cultures de céréales sont pour leur grande majorité en bon état.

Le stade de développement des céréales varie en fonction de l’espèce et de la date de semis.

· les froments

o de mi-octobre sont au stade fin tallage ;

o de mi-novembre sont au stade mi-tallage ;

Avant toute intervention dans les cultures de céréales, laissez ressuyer convenablement vos sols pour que les plantes soient aptes d'une part à pouvoir prélever des apports d'azote ou supporter parfaitement les traitements herbicides. Si les champs sont accessibles, pour les semis de froment un désherbage peut être réalisé dès le retour de températures plus clémentes. Actuellement, les gelées nocturnes et les températures journalières sont très basses.

Pour la fertilisation azotée, en raison de la grande variabilité des disponibilités en azote du sol, il faudra tenir des correctifs liés à la fumure à appliquer afin d’éviter les sur-fumures synonymes de risques accrus de maladies et de verse mais aussi de gaspillages. Vous trouverez dans le Livre Blanc et sur le site internet du Livre Blanc Céréales, des conseils plus détaillés (en suivant le lien suivant ICI).

FUMURE DE REFERENCE saison 2020

FROMENT en 3 fractions

FROMENT en deux fractions

60 kg N/ha au tallage

90 kg N/ha au tallage-redressement

60 kg N/ha au redressement

65 kg N/ha à la dernière feuille

95 kg N/ha à la dernière feuille

Si vos champs sont déjà assez ressuyés alors la première application d’engrais peut être ou a été effectuée pour les semis d’octobre et de novembre. La seconde application ne devra être envisagée que lorsque la culture aura atteint le stade redressement ou épis à 1 cm.

Froment-pois

Pour les semis de froment-pois, les stades de développement pour l’application de la première fumure (40 kgN/ha à appliquer au stade tallage-redressement) ne sont pas encore atteints.

 

Coordination scientifique : Groupe « phytotechnie », B. Bodson et R. Blanchard

Afin de pouvoir déterminer vous-même le stade de vos cultures. Vous trouverez ci-dessous un rapide descriptif pour la détermination du stade redressement ou épis à 1 cm de vos froments.

· La première observation concerne votre culture de manière globale. Si celle-ci possède un port dressé alors il faut prendre quelques plants de froments et réaliser une coupe à la base de ces plants.

· Sur un plant, il faut sélectionner le maitre brin (c’est-à-dire la talle la plus grande), enlever les quelques feuilles sénescentes et couper le maitre brin au niveau du plateau de tallage (éliminer les racines).

· Ensuite une incision est réalisée du bas vers le haut de la plante afin de mesurer la distance entre le plateau de tallage et le sommet de l’épi. Lorsque cette distance est de 1 cm (comme illustré sur la photo ci-dessous), on se trouve au stade redressement.

· Cette observation doit être répétée au moins 5 fois à différents endroits de la parcelle afin d’avoir une bonne représentation de l’état de votre culture.

Figure 1. Coupe dans le maître brin d'un plant de froment d'hiver de Nysten A

Vous trouverez ci-contre le lien pour déterminer les stades de vos plantules (Stades).

Coordination scientifique : Groupe « phytotechnie », B. Bodson et R. Blanchard

Le point sur les semis d’avoine et d’orge brassicole a été fait dans l’avertissement C05 du 17 mars. Les recommandations restent identiques.

 

Coordination scientifique : Groupe « phytotechnie », B. Bodson et R. Meurs

Vous cultivez du froment ou de l’escourgeon en système conventionnel ou biologique ? Vos choix variétaux nous intéressent ! Dans le cadre de nos avertissements, l’équipe CePiCOP aimerait connaitre les variétés les plus emblavées en Wallonie afin d’être au plus proche du terrain et de vos cultures. En effet, en fonction de vos cultures et des variétés présentes dans vos champs, nous pouvons adapter nos observations et donc nos avertissements.

C'est pourquoi, nous vous invitons à prendre 5 min de votre temps afin de répondre à ce rapide questionnaire. Merci d'avance pour votre participation et bonne semaine à tous !

Coordonnateur CePiCOP : X. Bertel (0468/38.39.72), visitez notre site : https://centrespilotes.be

Le prochain avis est prévu pour le 31 mars 2020

Réalisés grâce au concours et au soutien : du SPW-Direction de la Recherche et du Développement, du BWAQ asbl, du CARAH asbl, du CRA-W, du CORDER asbl, de la Province de Liège – Agriculture, de ULg-GxABT, de l'OPA qualité Ciney asbl, de Réquasud asbl. 

Cet avis ne peut être diffusé sans l’accord du CePiCOP


Réalisé grâce au concours et au soutien : du SPW-Direction de la Recherche et du Développement, du BWAQ asbl, du CARAH asbl, du CRA-W, du CORDER asbl, de la Province de Liège – Agriculture, de ULg-GxABT, de l'OPA qualité Ciney asbl, de Réquasud asbl.