CePiCOP - Actualité - céréales du 14 Avril 2020 (C09)

Envoyé le 13/04/2020

Escourgeon

Stades : Les 16 parcelles d’escourgeons sont majoritairement au stade du 2ième nœud (BBCH32). Une des parcelles observées atteint déjà le stade dernière feuille pointante (BBCH37) mais d’autres sont encore au stade du premier nœud (BBCH31).

 

Maladies : Actuellement, la pression phytosanitaire peut dans l’ensemble être considérée comme faible. Pour les parcelles avec une faible pression en maladies, il convient d’attendre le stade « dernière feuille étalée » (BBCH39) pour réaliser le traitement fongicide.

Triticale[1]

Stades : Les triticales sont au stade du premier nœud (BBCH31) ou 2ième nœud (BBCH32).

 

Maladies : Forte pression en rouille jaune (souche spécifique au triticale) constatée depuis plusieurs jours sur les variétés sensibles comme notamment RAMDAM. Un traitement peut être judicieux sur ces parcelles.

Froment

Stades : Plus de la moitié des 30 parcelles de froments observées dans le réseau sont au stade épi 1cm (BBCH30) et un tiers d’entre elles, au premier nœud (BBCH31). Quelques parcelles sont encore en fin de tallage (BBCH29) ou parfois atteignent déjà deux nœuds (BBCH32). 

 

Maladies : La septoriose est bien présente sur certaines parcelles et une attention devra être portée pour le stade clef pour cette maladie qui le 2ième nœud (BBCH32). Aucun foyer actif de rouille jaune n’a été mentionné dans le réseau cette semaine mais des pustules sont observées sur certaines variétés sensibles.

Fertilisation : Il y a lieu de penser à apporter le second apport d’azote ou d'appliquer le premier apport en azote pour les semis de novembre puisque le stade redressement est atteint.

Régulateur : L’efficacité de ce traitement est principalement basée sur les conditions d’application. Il faut donc une céréale en pleine croissance ainsi que des bonnes conditions climatiques. De plus, le traitement régulateur peut être appliqué dès le stade redressement et jusqu’au stade 2 nœuds.

Cultures de printemps

Stades : La plupart des parcelles en orges brassicoles sont levées.

 

Fertilisations : Les besoins en azotes des orges brassicoles sont précoces. La fumure de référence est de 90 kg N/ha à appliquer dès le début de la végétation. Cette fumure est valable dans les parcelles présentant un reliquat azoté moyen et un taux d’humus moyen. Dans le cas contraire la fumure doit être adaptée.

 

[1]

Attention, le CePiCOP ne comprend pas de réseau d’observations pour le triticale et ces informations concernent donc des parcelles d’essais observés de façon ponctuelle. Ceci ne reflète pas toutes les situations mais donne une idée de la saison actuelle.

Figure 1: Stades phénologiques des céréales. En vert, les feuilles visibles ; en gris, les feuilles à venir

Pression des principales maladies foliaires sur escourgeon

Symptômes

Détails et plus d’infos[1]

Constats dans le réseau CePiCOP

(16 parcelles observées avec semis allant du 28/09/19 au 24/10/19 : Verity, Quadriga, LG Zebra, Coccinel, Jettoo, Hedwig, KWS Tonic, Rafaela,Tektoo)

L’oïdium est observé dans 5 des 16 parcelles du réseau. Dans le Hainaut : maximum 40% des F-2 sont touchées en fonction des variétés. Dans la région de Liège et à Namur, cette maladie a été peu observée cette semaine. Dans celle du Brabant-wallon, jusqu’à 85% des F-2 présentent des feutrages blancs.

Stade clefs : 30-49

Des pustules de rouille naine sont visibles sur 14 des 16 parcelles. Dans le Hainaut, à Ath et Mainvaut : jusqu’à 30% des F-2 présentent des pustules. Dans la région de Liège, cette maladie a été observée sur 70% des F-2 et même parfois sur la F-1. Elle a été aussi observée dans les parcelles à Lonzée en faible proportion cette fois (10% des F-2) et à Chaumont-Gistoux avec jusqu’à 15% des F-2.

Stade clefs : 31-51

Lhelminthosporiose est observée sur 7 des 16 parcelles du réseau. Dans ces parcelles, elle est visible sur maximum 20% des F-3 dans le Hainaut, 15% des F-3 dans le Namurois et 10% des F-3 vers Liège. La sévérité de l’infection est faible dans tous les cas.

Stade clefs : 31-51

La rhynchosporiose est observée dans 13 des 16 parcelles. La proportion de plantes touchées est variable : quelques lésions sur 10% des F-3 dans le Namurois, jusqu’à 30% des F-3 du coté de Liège. Des proportions plus importantes (jusqu’à 20% des F-2 pour les variétés les plus sensibles à cette maladie) sont observées dans le Hainaut et seulement 5% des F-2 vers Chaumont-Gistoux.

Stade clefs : 31-51

Recommandations :

Actuellement, la pression phytosanitaire peut dans l’ensemble être considérée comme faible. Seule la pression en rouille naine ou en rhynchosporiose sur variétés sensibles à l’une ou l’autre de ces maladies pourrait être préoccupante et nécessiter un premier traitement. Le temps plutôt sec annoncé cette semaine ne favorise pas la dispersion des maladies fongiques. Si une pression importante d’une maladie est observée sur variété sensible, un traitement peut être envisagé au stade montaison. Il convient donc d’observer l’état sanitaire des parcelles et traiter uniquement là où les maladies sont bien visibles sur les étages supérieurs, ceci pour éviter que les maladies ne s’installent sur les dernières feuilles. Dans ce cas, il est conseillé de privilégier un fongicide à base de triazole voire une strobilurine (contre la rouille naine) en mélange avec un triazole pour le traitement de montaison. En présence faible de maladies et/ou de marché défavorable, on pourrait se contenter d’une dose réduite de fongicide à ce stade, voire de faire l’impasse. Les produits SDHI (efficaces sur la rouille et la rhynchosporiose) sont à réserver pour le traitement de dernière feuille (BBCH39). Parmi les triazoles, l’efficacité du prothioconazole se démarque sur l’helminthosporiose et est à privilégier idéalement pour le traitement en 39. Par souci de lutte contre les résistances, il est vivement conseillé de n’utiliser qu’une seule fois par saison chaque molécule fongicide et d’alterner les différentes substances.

Coordination scientifique : Groupe « maladies » A. Legrève, A. Nysten

[1] Avis CADCO Maladies en ESCOURGEON 2019 https://www.cadcoasbl.be/p03_archives/avert2019/cadco2019-05.pdf ou la page « maladies » du Livre Blanc des Céréales http://www.livre-blanc-cereales.be/thematiques/maladies/.

Les escourgeons ont profité des températures que l’on pourrait considérer comme estivales de la semaine dernière. La plupart des parcelles se trouvent actuellement au stade 2ème nœud (BBCH32). Les variétés les plus précoces, comme par exemple LG Zebra, se trouvaient le lundi 13 avril au stade dernière feuille pointante (BBCH 37) à Gembloux. L’application de la dernière fraction ne doit cependant pas encore être appliquée, même sur les variétés les plus précoces.

Coordination scientifique : Groupe « phytotechnie », B. Bodson et R. Meurs

 

Symptômes

Détails et plus d’infos[1]

Constats dans le réseau CePiCOP

Semis du 22 octobre au 20 novembre 2018

Variétés observées ce 10 et 13 avril 2020 : GLEAM, KWS SALIX, KWS SMART, BERGAMO, ARMINIUS, BENNINGTON, GRAHAM, KWS TALENT, CHEVIGNON, RELFECTION, RGT SACRAMENTO, WINNER

Septoriose est observée sur l’ensemble des parcelles du réseau principalement sur les variétés sensibles. Elle est présente à des pourcentages très variables selon les régions et semble plus observée du côté du Hainaut et vers Liège avec des lésions sur les F-1 et jusqu’à 90% des F-2.

C’est le stade « 2ième nœud » (BBCH32) qui est le stade clef pour évaluer de l’intérêt d’un traitement contre cette maladie en froment, et la surveillance des parcelles à ce stade est donc fortement conseillée.

Recommandations :

Les conditions actuelles permettent d’écarter l’idée d’un quelconque traitement en froment cette semaine pour les parcelles qui n’atteignent pas deux nœuds. Les froments sont encore majoritairement au stade épi 1 cm (BBCH30) ou 1ier nœud (BBCH31).  Au stade 31, un traitement peut parfois être envisagé contre la rouille jaune uniquement dans les parcelles emblavées avec une variété très sensible à cette maladie.

Les variétés suivantes sont à surveiller (liste surveillance renforcée du Livre Blanc Céréales de septembre 2019) :

ANAPOLIS, BENNINGTON, BERGAMO, GLEAM, GRAHAM, KWS DORSET, KWS SMART, KWS TALENT et MENTOR. Des pustules de rouille jaune ont été signalées vers Tournai sur KWS SMART cette semaine et sur Gleam à Ath, fin mars déjà. Attention, chaque parcelle comporte ces spécificités et conditions climatiques et une observation au champ permet d’évaluer la situation réelle.

Coordination scientifique : Groupe « maladies » A. Legrève, A. Nysten

[1] Avis CADCO maladies du FROMENT 2019 https://www.cadcoasbl.be/p03_archives/avert2019/cadco2019-06.pdf ou la page « maladies » du Livre Blanc des Céréales http://www.livre-blanc-cereales.be/thematiques/maladies/.

Froment d’hiver

En fonction des variétés et des régions agricoles, les semis réalisés durant le mois de Novembre ont maintenant atteint le stade « épis à 1 cm ». À ce stade (redressement), il y a lieu de penser à apporter le second apport d’azote (lors d’un schéma en 3 fractions la fumure de référence conseillée est de 60 N, Livre blanc de Février 2020) ou d'appliquer le premier apport en azote (lors d’un schéma en 2 fractions la fumure de référence conseillée est de 90 N, Livre blanc de Février 2020).

Ensuite, le traitement régulateur peut également être appliqué dès le stade redressement et jusqu’au stade 2 nœuds. L’efficacité de ce traitement est principalement basée sur les conditions d’application. Il faut donc une céréale en pleine croissance ainsi que des bonnes conditions climatiques (température supérieure à 12 degrés pendant plusieurs heures).

Froment-pois

Pour les semis de froment-pois réalisé début novembre, les stades de développement pour l’application de la première fumure sont atteints (stade tallage-redressement). Le premier apport (40 kgN/ha) peut donc être appliqué. Il n’est pas nécessaire d’apporter plus d’engrais car l’association du froment d’hiver et du pois protéagineux d’hiver permet aux froments de profiter des nodosités du pois qui apporteront également de l’azote aux froments.

Coordination scientifique : Groupe « phytotechnie », B. Bodson et R. Blanchard

Triticale[1]

Les observations dans un essai implanté à Ernage le 14 octobre montrent que les plantes ont largement passé le stade 31 et vont rapidement atteindre le stade 32 avant la fin de cette semaine pour les variétés précoces.

Certaines variétés très sensibles à la rouille jaune comme notamment Ramdam sont très affectées par celle-ci et un traitement fongicide est alors justifié.

 

Pour information, ci-dessous le tableau reprend les cotations des maladies réalisées le 14 Avril 2020 et les cotations moyennes de trois essais réalisés au cours de la saison 2018-2019. Cette année, les maladies sont plus présentes, il est donc recommandé de se rendre sur ces parcelles afin de réaliser une observation de celle-ci.

 

Variétés de Triticale

Précocité montaison

Rouille Jaune

Rynchosporiose

Oïdium

(1-9)*

(1-9)**

(1-9)**

(1-9)**

2020

2019

2020

2019

2020

2019

2020

2019

Vuka

3,8

4,6

9,0

9,0

6,0

7,3

/

5,0

Borodine

5,5

5,2

9,0

8,5

5,7

5,9

/

8,3

Elicsir

6,0

5,2

6,5

6,9

5,7

8,3

/

5,6

Jokari

3,5

4,8

9,0

8,9

8,3

8,6

/

6,5

RGT Ruminac

6,5

4,8

7,5

7,2

6,7

7,0

/

8,8

Ramdam

3,7

3,3

6,3

6,1

5,0

7,8

/

8,5

Neomass

7,5

/

7,0

/

5,3

/

/

/

Kasino

6,3

5,7

7,5

7,6

8,3

7,8

/

5,8

Cedrico

6,2

/

8,0

/

7,7

/

/

/

Bilboquet

5,7

/

8,3

/

6,3

/

/

/

Rivolt

4,8

/

5,8

/

5,7

/

/

/

* Echelle de 1 à 9, 9 étant la cote la plus tardive

 

 

 

 

 

 

 

 

** Echelle de 1 à 9, 9 étant la cote exprimant la meilleure résistance à la maladie

 

 

 

 

 

 

 

 

Coordination scientifique : Groupe « phytotechnie », G. Jacquemin

[1] Attention, ces informations concernent des parcelles d’essais observées de façon ponctuelle. Ceci ne reflète pas toutes les situations mais donne une idée de la saison actuelle.

Contrairement à l’année dernière qui avait été marquée par des semis très précoces (fin février), la patience était de mise cette année pour implanter les céréales de printemps.

Les températures élevées de la semaine dernière ont permis des levées homogènes et rapides. Les orges semées à Ath le 24 mars se trouvent au stade 2 feuilles. Les orges semées plus tardivement à Lonzée (le 6 avril) ont bénéficié de la météo clémente de la semaine dernière et sont actuellement au stade 1 feuille tout comme les orges semées à Liernu le 1 avril. Les levées rapides et un roulage des semis ont permis, dans la plupart des situations, d’éviter les dégâts d’oiseaux.

Une orge brassicole de printemps est une culture qui se développe rapidement et qui a, en général, des besoins précoces en azote. Dans les conditions de référence, et si les reliquats azotés moyens en sortie d’hiver sont de l’ordre 60 kg N/ha sur 90 cm, la fumure conseillée est de 90 kg N/ha dès le début de la végétation. Ce premier apport pourra être renforcé par 20 à 40 kg N/ha au stade redressement si la culture paraît carencée. Attention, cette fumure est valable si la parcelle ne présente pas des reliquats trop élevés et si elle n’est pas trop riche en humus. Dans le cas contraire, la fumure devra être adaptée. La prudence doit être le maitre mot pour la gestion de la fertilisation azotée en orge brassicole.

Coordination scientifique : Groupe « phytotechnie », B. Bodson et R. Meurs

 

Coordonnateur CePiCOP : X. Bertel (0468/38.39.72), visitez notre site : https://centrespilotes.be

Le prochain avis est prévu pour le 21 avril 2020

Réalisés grâce au concours et au soutien : du SPW-Direction de la Recherche et du Développement, du BWAQ asbl, du CARAH asbl, du CRA-W, du CORDER asbl, de la Province de Liège – Agriculture, de ULg-GxABT, de l'OPA qualité Ciney asbl, de Réquasud asbl. 

Cet avis ne peut être diffusé sans l’accord du CePiCOP


Réalisé grâce au concours et au soutien : du SPW-Direction de la Recherche et du Développement, du BWAQ asbl, du CARAH asbl, du CRA-W, du CORDER asbl, de la Province de Liège – Agriculture, de ULg-GxABT, de l'OPA qualité Ciney asbl, de Réquasud asbl.