CePiCOP - Actualité - céréales du 19 Mai 2020 (C15)

Envoyé le 18/05/2020

Figure 1: Stades phénologiques des céréales. En vert, les feuilles visibles ; en gris, les feuilles à venir

 

Symptômes

Détails et plus d’infos[1]

Constats dans le réseau CePiCOP

Semis du 22 octobre au 20 novembre 2018

Variétés observées ce 18 mai 2020 : GLEAM, KWS SALIX, KWS SMART, BERGAMO, ARMINIUS, AMBOISE, LIMABEL, BENNINGTON, GRAHAM, KWS TALENT, CHEVIGNON, RELFECTION, RGT SACRAMENTO, KWS KERRIN

Septoriose est observée sur 24 des 27 parcelles (non-traitées) du réseau. Elle est présente à des pourcentages variables selon les régions et variétés. Certaines parcelles, ne présentent aucune lésion sur les feuilles supérieures !

 

  • Du côté du Hainaut (Ath, Ellignies) pour les parcelles où des symptômes sont observées, des lésions sont visibles sur 5 à 15% des F-1 en fonction des variétés (qui correspondent désormais aux F2 définitives).
  • Dans les stations de Liège (Pailhe, Fexhe-le-haut-clocher, Bombaye) des lésions sont visibles sur 5% des F-1 sur les parcelles les plus touchées (qui correspondent désormais aux F2 définitives).
  • Elle est présente sur max 35% des F-2 dans le Namurois (Chaumont-Gistoux, Gesves, Lonzée) où la pression semble plus faible.

 

Pour les parcelles emblavées avec des variétés sensibles où l’inoculum est présent sur les F2 définitives, les symptômes sur ces feuilles peuvent constituer une source d’inoculum pour la dernière feuille et sont à surveiller.

Rouille jaune est observée sur 14 des 27 parcelles (non-traitées) du réseau cette semaine. Des foyers actifs sont visibles sur variétés sensibles notamment du côté de Liège et du Hainaut. Des pustules sont visibles également à Lonzée cette semaine. On l’observe sur les variétés notamment sur REFLECTION, KWS SMART, KWS TALENT, BENNINGTON, RGT SACRAMENTO, AMBOISE, GLEAM, KWS KERRIN…

 

ERRATUM : Une erreur s’est glissée dans l’avis C14 de la semaine dernière, veuillez noter qu’aucun foyer de rouille jaune n’a été observé sur Anapolis et que la variété a une très bonne résistance face à cette maladie.

Rouille brune : n’est pas encore signalée dans les parcelles du réseau d’observation.

 

Oïdium est observée sur 2 parcelles du réseau et reste dans le fond de la végétation car uniquement observée sur les feuilles F4 définitives (voir figure 1, ci-dessus).

 

Rappels des recommandations :

En fonction de la date de semis et de la région, les parcelles peuvent avoir atteint des stades très différents, qui se situent désormais entre le stade BBCH39 (à ce stade, toutes les feuilles sont déployées et donc visibles) à BBCH54 (40% de l’inflorescence est sortie). Il convient de vérifier à quel stade phénologique votre parcelle se situe ainsi que la pression en maladies dans celle-ci afin d’y adapter la protection.

  • Pour les parcelles ayant atteint le stade BBCH39, dernière feuille complètement étalée, et qui n’ont pas encore été traitées, le traitement complet contre les maladies du feuillage peut être réalisé. Le produit ou le mélange sera choisi en fonction des sensibilités propres à la variété.
  • Pour les parcelles ayant atteint le stade 39 et qui ont déjà été traitées avant ce stade, un second traitement englobant l’ensemble des maladies est à réaliser 3 à 4 semaines après le premier traitement.

Quelques précipitations étant attendues cette fin de la semaine, dans le cas où le deuxième traitement est réalisé dans les prochains jours, il convient de prendre en compte le risque d’infection par la fusariose des épis sur variétés sensibles à cette maladie. Les situations à risque sont les cultures de froment (les épeautres sont généralement moins sensibles) de variétés sensibles dans lesquelles le travail du sol a été réduit et les froments (variété sensible) après froment ou maïs, particulièrement lorsque les cannes sont encore apparentes dans la parcelle. Le temps humide (orage, …) favorise le développement de la maladie. C’est au stade floraison (au plus tard entre le début et la mi-floraison, stade BBCH61 à 65) que l’on peut intervenir si nécessaire contre la fusariose de l’épi. L’utilisation de prothioconazole est le plus indiqué pour lutter contre les deux « types » de pathogènes de la fusariose mais s’il est utilisé en 39, d’autres molécules doivent être privilégiées pour ce traitement. Le tébuconazole et le metconazole sont, quant à eux, utiles uniquement contre les Fusarium spp.

Concernant les utilisations des substances actives au stade 39:

  1. Si pas de traitement réalisé en 32 > implanter un traitement complet : SDHI + triazole + multi site (+ strobilurine si la variété est sensible à la rouille brune)
  2. Si traitement en 32 > attendre 3-4 semaines et effectuer un traitement relais aux alentours de l’épiaison avec SDHI + triazole (favorisé le prothioconazole qui protège les maladies de l’épi) + (strobilurine si sensible à la rouille brune)

Pour rappel, les molécules SDHI ne doivent être utilisées qu’une fois par saison et l’alternance des substances actives est importante pour conserver leur efficacité. Un point sur les changements et alternatives des substances actives en froment est disponible dans le Livre Blanc des Céréales de février 2020 (page 5/8).

Coordination scientifique : Groupe « maladies » A. Legrève, A. Nysten

 

[1] Avis CADCO maladies du FROMENT 2019 https://www.cadcoasbl.be/p03_archives/avert2019/cadco2019-06.pdf ou la page « maladies » du Livre Blanc des Céréales http://www.livre-blanc-cereales.be/thematiques/maladies/.

Froment d’hiver

Les semis réalisés mi-octobre continuent leurs développements. Les semis effectués mi-novembre sont caractérisés par une dernière feuille pointe (BBCH 37) il y a lieu d’appliquer la dernière fraction de la fumure azotée.

La dose de référence à appliquer est de 65 kg N/ha pour une fumure en trois fractions et de 95 kg N/ha pour une fumure en deux fractions. Cette dose est à moduler selon les conditions culturales de la parcelle, les doses déjà appliquées et l’état de la culture définie lors dans le Livre blanc 2020. L’ensemble des informations afin d’adapter cette fumure sont reprises ici[1]. De plus, un outil d’aide à la décision au niveau de la fumure est disponible ici[2].

Froment-pois

La croissance de la culture continue pour les semis de froment-pois implantés. Lorsque les froments sont caractérisés par le stade dernière feuille, il y a lieu d’appliquer la dernière fraction de la fumure azotée. Cette fraction est de 60 Kg N/Ha.

Pour plus d’information, vous pouvez consulter la présentation du livre blanc sur « La culture associée de froment et de pois d’hiver : une possibilité de diversification attrayante et durable pour nos rotations ». [3]

Coordination scientifique : Groupe « phytotechnie », B. Bodson et R. Blanchard

 

[1] http://www.livre-blanc-cereales.be/wp-content/uploads/2020/02/2020-AdapterSaFumure_FH.pdf

[2] http://www.livre-blanc-cereales.be/thematiques/fumures/froment/determination-pratique-froment/

[3] http://www.livre-blanc-cereales.be/wp-content/uploads/2019/03/LBFEV19-3-culture-en-association-froment-pois.pdf

Selon l’OAD CÉCIBLÉ, nous devrions traverser actuellement la période la plus active d’émergence de cécidomyie orange dans toutes les régions de Wallonie. Mais de cécidomyie orange… il y en a vraiment très peu. Ces deux dernières soirées, il était même difficile d’en apercevoir au champ. Outre la très forte diminution des populations « en réserve » dans le sol, observée depuis juillet 2018, la sécheresse actuelle de la surface du sol contrarie les émergences.

La cécidomyie orange ne fera pas de dégât cette année.

Les observations hebdomadaires portent essentiellement sur les pucerons. Jusqu’à présent, les populations sont très faibles (maximum 30 individus par 100 talles). Il est encore un peu tôt pour déterminer si l’évolution pourrait atteindre des niveaux nuisibles. Toutefois le temps ensoleillé et sec convient mieux aux ennemis des pucerons qu’aux pucerons eux-mêmes et il est donc probable que les pucerons des céréales soient bien maîtrisés par les auxiliaires cette année.

Coordination scientifique : Groupe « Ravageurs », M. De Proft

Stades :

Les orges de printemps de Brugelette près de Ath, à Liernu et à Schockville sont actuellement au stade du 2ème nœud (BBCH32). A Lonzée, les orges sont quant à eux au stade du 1ier nœud.

Maladies : 

A Brugelette, les orges de printemps de la variété RGT PLANET sont toujours exemptes de maladies. A Lonzée et à Liernu des pustules de rouille naine sont observées dans le bas du feuillage sur la variété RGT PLANET. A Lonzée, 35% des F-4 sont touchées avec une sévérité de 0.4%. A Liernu, seul 5% des F-4 sont touchées avec une sévérité de 0.1%. Il n’ya pour le moment aucune trace d’helimthosporiose, de rhynchosporiose et de ramulariose sur les 3 sites d’observation.

La montaison en orge de printemps se déroule très rapidement. En moyenne sur les 12 dernières années, elle a duré 15 jours. Vu ce laps de temps très court, un traitement de montaison n’est généralement pas justifié. Un traitement unique au stade dernière feuille étalée (BBCH39) est en général la solution la plus adaptée pour lutter contre les maladies fongiques en orge de printemps.

Coordination scientifique : Groupe « phytotechnie », B. Bodson et R. Meurs


Réalisé grâce au concours et au soutien : du SPW-Direction de la Recherche et du Développement, du BWAQ asbl, du CARAH asbl, du CRA-W, du CORDER asbl, de la Province de Liège – Agriculture, de ULg-GxABT, de l'OPA qualité Ciney asbl, de Réquasud asbl.