CePiCOP - Colza - 14/09/2020: Les altises en quarantaine ?

Envoyé le 14/09/2020

photo Continuer à surveiller le colza d’autant plus que la levée et la croissance du colza sont ralenties par la sécheresse et que le colza est à un stade sensible aux attaques d’altises.

Situation au 15 septembre 2020

Le réseau d’observation des insectes ravageurs est remis en place en colza, en Région wallonne pour cet automne 2020.

25 parcelles de colza d’hiver ont été suivies ce lundi 14 septembre exceptionnellement chaud, pour la surveillance de la culture confrontée à une importante sécheresse.

Les stades du colza varient fortement ; pour la plupart, ils se situent entre cotylédons et 2 feuilles.  Les champs de colza qui ont peu bénéficié de pluies avant ou après le semis, présentent des levées irrégulières, en fonction de la nature du sol.  Certaines semences n’ont pas encore germé et attendent le retour de l’humidité.  Les semis précoces ayant profité de pluies après le semis sont au stade 3 à 5 feuilles, pour les plus développés.

Côté insectes, la situation est relativement calme malgré l’ensoleillement généreux et les températures bien au-dessus de la normale.

Les premières grosses altises ont été piégées dans les bassins mi-enterrés dans le sol, dans 10 champs sur 25.  Le nombre d’altises adultes capturées est inférieur à 10, sauf à Clermont (65) et à Morialmé (26).

Les altises adultes sur plantes ont été observées dans 8 champs sur 25 ; leur nombre est très faible (de 1 à 8 exemplaires pour 40 plantes).  Quelques morsures d’altises sont visibles sur cotylédons et moins sur les feuilles.  Le seuil de traitement est de 3 plantes sur 10 touchées par des morsures.  Avant toute intervention, il est essentiel d’aller voir chaque champ de colza afin d’évaluer la présence des altises ou leur absence.

Il faut continuer à surveiller le colza d’autant plus que la levée et la croissance du colza sont ralenties par la sécheresse et que le colza est à un stade sensible aux attaques d’altises.

Suite à cette sécheresse marquée et avec une implantation sans labour, les repousses de céréales apparaissent dans les champs de colza et peuvent présenter une concurrence pour l’alimentation en eau.  Il conviendra de réduire cette concurrence en désherbant avec un antigraminées spécifique, à action de contact.

Christine Cartrysse, APPO, Centre Pilote CePiCOP

Michel De Proft, Expert scientifique CRA-W

 

Les données d’observation sont issues d’un réseau de piégeage du colza rassemblant des observateurs du CePiCOP, du CARAH, du CPL-Végémar, du CRA-W, de l’OPA de Ciney, du Parc Naturel de Burdinale Mehaigne, et couvrant les différentes régions de production du colza.

 


Les données d’observation sont issues d’un réseau de piégeage du colza rassemblant des observateurs du CePiCOP, du CARAH, du CPL-Végémar, du CRA-W, de l’OPA de Ciney, du Parc Naturel de Burdinale Mehaigne et de Protect’Eau, et couvrant les différentes régions de production du colza.