CePiCOP - Colza - 21/09/2020: Les altises, à surveiller de près sur petites plantes !

Envoyé le 21/09/2020

photo En situation de sécheresse très marquée, le colza se trouve à des stades très variables. La majorité du colza se situe entre 2 et 4 feuilles. Les plantes les plus développées présentent 5 feuilles tandis que dans les parcelles très irrégulières, certains colzas n’ont pas encore germé et ne sont pas encore levés. Les températures élevées et même records de la semaine écoulée ont permis une certaine activité des altises.

Situation au 22 septembre 2020

En situation de sécheresse très marquée, le colza se trouve à des stades très variables.  La majorité du colza se situe entre 2 et 4 feuilles.  Les plantes les plus développées présentent 5 feuilles tandis que dans les parcelles très irrégulières, certains colzas n’ont pas encore germé et ne sont pas encore levés.

Les températures élevées et même records de la semaine écoulée ont permis une certaine activité des altises.

Sur 24 sites du réseau d’observations, les altises ont été piégées dans 19 bassins ; aucune altise piégée dans 5 parcelles. Le nombre de captures en une semaine est variable selon les endroits : très peu présentes dans 7 champs (de 1 à 5 captures), un peu plus présentes dans 8 champs (de 12 à 32 captures) et plus de 50 captures dans 4 champs (Marneffe (112), Ampsée (58), Braibant (50) et Denée (50)).

Les altises adultes sont peu visibles sur les plantes de colza d’hiver; elles ont seulement été observées en journée dans 3 champs alors qu’elles ont été piégées dans 19 champs du réseau, ce qui prouve leur activité nocturne.

Le nombre de plantes touchées par des morsures est en augmentation mais reste relativement faible au regard des conditions météos estivales, très chaudes et très sèches, avec un soleil omniprésent.  Les plus petits colzas sont les plus vulnérables.  6 champs sur 24 ont atteint le seuil de traitement, soit un champ sur 4.

Quelques pucerons ont également été piégés dans 3 champs, et 1 à 3 pucerons ont été observés sur 40 plantes.

Quelques morsures de limaces sont signalées en bordure de champ.

L’automne commence avec un rafraîchissement des températures et l’arrivée de pluies tant attendues.  Ces précipitations annoncées dans les prochains jours seront les bienvenues pour le colza, d’une part pour la germination des semences situées dans un sol extrêmement sec, et d’autre part, pour favoriser le développement de la culture.  Le manque d’eau jusqu’à présent a freiné la culture de colza.  Le retour de l’eau en quantités suffisantes sera favorable à l’installation du colza et dynamisera sa croissance dans un sol encore bien chaud. 

Les altises doivent continuer à être surveillées de près, surtout dans les zones avec une levée irrégulière et des plantes de colza de petite taille.

 

Christine Cartrysse, Centre Pilote CePiCOP

  Michel De Proft, Expert scientifique CRA-W

 

Les données d’observation sont issues d’un réseau de piégeage du colza rassemblant des observateurs du CePiCOP, du CARAH, du CPL-Végémar, du CRA-W, de l’OPA de Ciney, du Parc Naturel de Burdinale Mehaigne, et couvrant les différentes régions de production du colza.


Les données d’observation sont issues d’un réseau de piégeage du colza rassemblant des observateurs du CePiCOP, du CARAH, du CPL-Végémar, du CRA-W, de l’OPA de Ciney, du Parc Naturel de Burdinale Mehaigne et de Protect’Eau, et couvrant les différentes régions de production du colza.