CADCO - Actualité - céréales du 18 septembre 2018 (C19)

Envoyé le 17/09/2018

A destination des producteurs de céréales, les trois soirées ci-après octroient des points phytolicence

Mardi
18/09/2018

Braine-le-Comte
18h00

sur inscription : 068/274417. Soirée d'information variétés de céréales : froment conventionnel et bio, escourgeon et orge brassicole. Salle Scaubecq, chemin de Mariemont, 7 (CARAH) Programme.pdf

Mercredi
19/09/2018

Kain
18h00

Soirée d'information variétés de céréales : froment conventionnel et bio, escourgeon et orge brassicole. A la Ferme du Reposoir, chemin du Ruisseau 4 à 7540 Kain (CARAH) Programme.pdf

Jeudi
20/09/2018

Ath
18h00

sur inscription : 068/274417. Soirée d'information variétés de céréales : froment conventionnel et bio, escourgeon et orge brassicole. Salle L.Delmée, 11 rue P.Pastur (CARAH) Programme.pdf

 

Coordonnateur CePiCOP et CADCO : X. Bertel (081/62.56.85), visitez notre site : www.cadcoasbl.be

Des dégâts de mouche des semis (Delia Platura Meigen) peuvent parfois s'observer dans des froments semés tôt en automne. Les pontes de cet insecte se concentrent dans les feuilles broyées de betteraves ou de chicorées en décomposition sur le sol. Elles peuvent être très abondantes lorsque l’arrachage est suivi de quelques jours de beau temps.

Les jeunes larves commencent par se nourrir des feuilles en putréfaction, puis attaquent le froment dès la germination. Ceci conduit à des défauts de levée quelquefois graves. Une attaque se produisant après la levée conduit à un jaunissement de la plus jeune feuille, puis à la disparition de plantules.

Ces dégâts peuvent être limités en enfouissant rapidement les feuilles après l’arrachage.

Un traitement de semences effectué contre la mouche grise maîtrise également la mouche des semis.

Coordination  scientifique : Groupe « ravageurs », S. Chavalle, G. Jacquemin et M. De Proft

Vu les conditions de sécheresse de cette année, une dérogation a été accordée par le Ministre :

Azote minéral autorisé jusqu’au 30 septembre

Engrais de ferme à action rapide autorisé jusqu’au 30 septembre à condition d’implanter un couvert (avant le 15 septembre), ou une culture d’hiver ou max 80kg d’azote organique.

Engrais de ferme à action lente : situation inchangée par rapport à la législation en vigueur.

[Plus d'information : Protect’eau 081 62 73 13]

La variété est le premier des leviers en lutte intégrée. L’assortiment de variétés tolérantes en escourgeon se développe, il y a :

  • Les variétés tolérantes au virus de la jaunisse nanisante de l’orge : RAFAELA, DOMINO, NOVIRA, LG ZEBRA et HIRONDELLA. Dès lors, même si des pucerons y étaient observés en grands nombres, ces variétés ne justifieraient aucun traitement insecticide
  • Les variétés tolérantes au virus de la mosaïque virale de l’orge de type 1 et 2 : KWS KEEPER et HEDWIG

Coordination  scientifique : Groupe « Phytotechnie », B. Bodson et R. Blanchard

Sur base des résultats observés aux travers d’un réseau d’essais variétés de 2016 à 2018. Deux groupes de variétés vous sont proposés :

  • Variétés recommandées en production intégrée = variétés répondant aux critères de la production intégrée : bon comportement face à la rouille jaune, à la septoriose et à la verse. Ces variétés sont susceptibles de permettre de diminuer la protection phytopharmaceutique et donc le coût de production.

ALCIDES / CHEVIGNON / EDGAR / JOHNSON / KWS SMART / KWS TALENT / LIMABEL / MENTOR / OLYMPUS / PORTHUS / SAFARI

  • Variétés à surveillance renforcée = variétés à potentiel de rendement élevé si la protection est adéquate. Ces variétés ont l’une ou l’autre faiblesse agronomique à surveiller.

ALBERT / ANAPOLIS / BERGAMO / GRAHAM / HENRIK / KWS DORSET / RGT REFORM

--

Par ailleurs, KWS SMART / SAFARI / KWS DORSET sont résistantes à la cécidomyie orange.

Coordination  scientifique : Groupe « Phytotechnie », B. Bodson et R. Blanchard

Un élément de plus invitant à penser que la pression de cette année pourrait être faible : Actuellement, on trouve très rarement des pucerons dans les repousses. Une petite trentaine a pu être collectée et sera prochainement analysée pour en mesurer le pouvoir virulifère. Les résultats vous seront communiqués par la suite.

Pour les nouvelles emblavures, une infestation par des vols lointains est toujours possible,… à voir en saison.

Notre surveillance hebdomadaire reprendra dès la levée jusqu’à l’entrée effective de l’hiver.

Coordination  scientifique : Groupe « ravageurs », S. Chavalle, G. Jacquemin et M. De Proft

Les prélèvements d’échantillons de sol sont en cours, et les analyses continuent de livrer leurs résultats : quelques niveaux de ponte élevés (8 sur 52) sont observés essentiellement dans l’est (6). Les derniers échantillons seront analysés pour  le prochain avertissement.

Bramesnil 0 Quévy 100 Loupoigne 60 Bomel 850
Maubray 0 Givry 70 Saint-Amand 0 Malèves-St-Marie 400
Mont-St-Aubert 10 Anderlues 90 Temploux 240 Perwez 250
Mont-St-Aubert 30 Leers-et-fosteau 150 Isnes 250 Avennes 190
Hérinnes 140 Solre sur Sambre 180 Lonzée 320 Moxhe 320
Sint-Denijs 10 Grand-Leez 170 Saint-Denis 290 Burdinne 360
Pecq 30 Walhain 210 Aische-en-Refail 300 Avin 920
Esquelmes 0 Nil-St-Vincent 480 Perwez 70 Ciplet 230
Thieu 20 Marbais 60 Ramillies-offus 40 Walhain St-Paul 240
Quievrain 30 Marbais 30 Taviers 300 Thynes 60
Wihéries 10 Saint-Amand 180 Thisnes (Hannut) 460 Braibant 0
Erquennes 80 Frasnes-Lez-Gosselies 10 Hannut 70 Leignon 50
Sars-la-Bruyere 20 Thines 20 Jodoigne 140 Schaltin 60

Comme toujours, les résultats d’analyses sont disparates. Ceci provient d’une part du fait que le niveau des pontes est lui-même irrégulier : la mouche grise « a ses préférences » et, d’autre part, du fait de la petite taille des échantillons (10 dm²) dont le niveau de représentativité est donc assez faible. Ceci conduit à des résultats qui, individuellement, ne sont guère significatifs, mais qui dans leur ensemble permettent de percevoir la hauteur du risque dans une région.

Parmi les résultats disponibles, le niveau moyen est assez élevé (autour de 300 œufs / m²), et certains résultats sont franchement élevés (8-900 œufs / m²). Les résultats complets seront disponibles pour le prochain avertissement.

Même en cas de niveaux élevés de ponte, tous les froments ne sont pas menacés. La mouche grise ne menace que les froments semés tard (à partir de novembre) succédant à des betteraves et à d’autres cultures laissant un couvert ombragé et sans trop d’encombrement au sol.

Les traitements de semences ne sont pas efficaces sur semis précoces : leur persistance est trop courte pour protéger la culture d’attaques survenant à la sortie de l’hiver. De plus, les blés semés tôt ont atteint le tallage au moment de l’attaque et peuvent réagir aux attaques de mouche grise par du tallage de compensation.

Les semis d’octobre peuvent être effectués sans précaution particulière, sinon de veiller à soigner le travail du sol pour éviter de laisser des creux en profondeur. Attention cette année aux mottes très sèches, qui devraient être fragmentées avant un éventuel labour.

Le prochain avis est prévu pour le mardi 25 septembre.

Voir la liste des traitements de semences autorisées ici

Coordination  scientifique : Groupe « ravageurs », S. Chavalle, G. Jacquemin et M. De Proft


Réalisé grâce au concours et au soutien : du SPW-Direction de la Recherche et du Développement, du BWAQ asbl, du CARAH asbl, du CRA-W, du CORDER asbl, de la Province de Liège – Agriculture, de ULg-GxABT, de l'OPA qualité Ciney asbl, de Réquasud asbl.