CePiCOP asbl Céréales 12.03.2018

Avertissement
Communication
Événement

Comme c’est généralement le cas à la sortie de l’hiver, les principales maladies en froment et en orge étaient bien présentes sur les feuilles ces dernières semaines. Les températures des 15 derniers jours ont accéléré la senescence de ces vieilles feuilles symptomatiques. Il en résulte que les nouvelles feuilles qui apparaissent sont saines et les parcelles sont, de manière générale, dans un très bon état sanitaire.

En froment, les quelques foyers de rouille brune qui ont pu être observés ont disparu et cette maladie ne devrait pas poser de problème avant la fin du printemps. Les foyers de rouille jaune ont également disparu pour le moment, il faut donc attendre et rester attentif à l’apparition éventuelle de nouveaux foyers.

En orge, des petits dégâts de jaunisse (maladie virale transmise par puceron) ont pu être observés mais ont été globalement bien traités. A priori, il ne reste pas de foyers actuellement et il ne devrait pas y avoir d’infections secondaires.

Comme l’année dernière, la mosaïque (maladie virale transmise par un microorganisme du sol) est parfois observée. Bien que très ponctuelle, cette maladie doit être bien surveillée car elle pourrait s’avérer être le plus gros problème en culture d’orge cette année. Le seul moyen de lutte contre la mosaïque est l’utilisation de variétés résistantes.

L’expérience des dernières années nous a révélé plusieurs éléments importants :

  • Ce sont réellement les conditions printanières qui déterminent le développement ultérieur de la rouille jaune.
  • La résistance à la rouille jaune ne s’exprime pas toujours sur les plantes jeunes. Des symptômes de rouille peuvent donc être observés sur des plantules de variétés résistantes mais disparaitront sur les plantes plus âgées.
  • Les traitements hâtifs avant le stade 31 (premier nœud) n’ont pas été utiles. Il faut donc attendre le stade 31 avant d’évaluer l’intérêt ou non d’un traitement, même sur les variétés sensibles. Nous vous informerons en temps utile de l’évolution de la situation. Nous profitons de ce message pour vous rappeler l’importance de suivre l’évolution de l’état phytosanitaire de vos parcelles afin d’adapter nos conseils aux situations particulières.

Quelle est la stratégie du réseau CADCO ?

1°) Nos observations de terrain : Nous suivrons les champs de notre réseau en temps utile et vous informerons de l’évolution de la situation, ainsi que des options possibles en cas de nécessité d’agir.

2°) L’information variétale, un atout à bien utiliser. Nous remettrons en temps utile à votre disposition l’information ad hoc.

3°) Votre observation de terrain : Une observation ciblée de votre champ est primordiale pour savoir au mieux à quel type de scénario détecté dans le réseau CADCO peut se référer votre champ. Afin de vous faciliter la tâche, nous vous indiquerons comme par le passé les périodes critiques où il sera opportun d’aller voir l’état des maladies dans son champ.

4°) Intervenir ? En fonction de la situation : Variété, précédent, pression en maladies constatée, conditions météo annoncées, … une intervention pourra être proposée. A ce stade nous vous rappelons le conseil général suivant : une seule SDHI/saison et au plus tôt à la dernière feuille ou à l’épiaison.

Coordination scientifique : Groupe « maladies », A. Legrève, M. Delitte en collaboration avec C. Bataille

Coordonnateur du CADCO : X. Bertel (081/62.56.85), visitez notre site : www.cadcoasbl.be

Quelques conseils pour l’application de la première fraction :

  • attendre une franche reprise de la végétation  et que les sols soient ressuyés pour éviter des pertes d’engrais par dénitrification
  • ne pas exagérer la dose car les cultures sont en bon état

EN ESCOURGEON

La fumure de référence est :

En variété hybride, un total de 175 unités d’N réparties en :

  • Fraction du tallage (1ère fraction) : 25 unités d’N
  • Fraction du redressement (2ème fraction) : 75 unités d’N
  • Fraction de la dernière feuille (3ème fraction) : 75 unités d’N

En variété lignée, un total de 160 unités d’N réparties en :

  • Fraction du tallage (1ère fraction) : 55 N
  • Fraction du redressement (2ème fraction) : 55 N
  • Fraction de la dernière feuille (3ème fraction) : 50N

EN FROMENT

Le schéma de fumure en 3 fractions est recommandé et il sera privilégié dans la majorité des situations culturales. Le schéma de fumure en 2 fractions sera, par contre, privilégié dans les situations où les cultures présentent au moins trois talles au début mars (semis précoces ou semis d’octobre) et lorsque de l’azote est disponible en quantité suffisante (apports fréquents de matière organique, précédent légumineuses, précédent pomme de terre, anciennes prairies).

 

En trois fractions un total de 185 unités d’N réparties en :

Fraction du tallage (1ère fraction) : 60 N

Fraction du redressement (2ème fraction) : 60 N

Fraction de la dernière feuille (3ème fraction) : 65 N

En deux fractions un total de 185 unités d’N réparties en :

Fraction intermédiaire « tallage - redressement» : 90 N

Fraction de la dernière feuille (2ème fraction) : 95 N

EN EPEAUTRE   la fumure de référence est

  • Région limoneuse :

Total 135 kg N/ha : 75 – 60 – 0

Total 150 kg N/ha : 90 – 60 – 0

+  30 kg N/ha à DF si on vise un supplément protéine

  • Région froide (Ardenne) :

Total 105 kg N/ha : 60 – 45 – 0

Total 105 kg N/ha : 75 – 30 – 0

Total 120 kg N/ha : 75 –45 – 0

+  30 kg N/ha à DF si on vise un supplément protéine

Ces fumures de référence doivent être modulées en fonction des conditions particulières de la parcelle et de l’état de la culture au moment de l’application. Plus d’informations et pour déterminer la dose optimale pour chaque situation, rendez-vous sur le site www.livre-blanc-cereales.be dans les rubriques « Thématiques – Fumure » ou « Outils ».

Coordination  scientifique : Groupe « phytotechnie », B. Bodson et R. Meza

Coordonnateur du CADCO : X. Bertel (081/62.56.85), visitez notre site : www.cadcoasbl.be

Les premiers beaux jours seront mis à profit pour des observations visant à déterminer si des pucerons ont survécu à l’hiver dans les céréales.

Sur la variété d’escourgeon Rafaela et Domino, tolérantes au virus de la jaunisse nanisante, la présence de pucerons ne présente aucun risque.

Le prochain avertissement est prévu pour le 20 mars.

Coordination  scientifique : Groupe « ravageurs », M. De Proft

Coordonnateur du CADCO : X. Bertel (081/62.56.85), visitez notre site : www.cadcoasbl.be

Vous trouverez les listes des produits autorisés en céréales réalisées à partir des données du Phytoweb, dont récemment remis à jour : les traitements herbicides, …  ici

 

Coordonnateur du CADCO : X. Bertel (081/62.56.85), visitez notre site : www.cadcoasbl.be


Réalisé grâce au concours et au soutien de nos partenaires
BWAQ CARAH CORDER CPL Végémar CRA-W CePiCOP OPA Ciney REQUASUD SPW ULg-GxABT Wallonie