2.1) Pression maladies en escourgeon

Figure 1: Stades phénologiques des céréales. En vert, les feuilles visibles ; en gris, les feuilles à venir

Pression des principales maladies foliaires sur escourgeon

Symptômes

Détails et plus d’infos[1]

Constats dans le réseau CePiCOP

(16 parcelles observées avec semis allant du 28/09/19 au 24/10/19 : Verity, Quadriga, LG Zebra, Coccinel, Jettoo, Hedwig, KWS Tonic, Rafaela,Tektoo)

L’oïdium est observé dans 5 des 16 parcelles du réseau. Dans le Hainaut : maximum 40% des F-2 sont touchées en fonction des variétés. Dans la région de Liège et à Namur, cette maladie a été peu observée cette semaine. Dans celle du Brabant-wallon, jusqu’à 85% des F-2 présentent des feutrages blancs.

Stade clefs : 30-49

Des pustules de rouille naine sont visibles sur 14 des 16 parcelles. Dans le Hainaut, à Ath et Mainvaut : jusqu’à 30% des F-2 présentent des pustules. Dans la région de Liège, cette maladie a été observée sur 70% des F-2 et même parfois sur la F-1. Elle a été aussi observée dans les parcelles à Lonzée en faible proportion cette fois (10% des F-2) et à Chaumont-Gistoux avec jusqu’à 15% des F-2.

Stade clefs : 31-51

Lhelminthosporiose est observée sur 7 des 16 parcelles du réseau. Dans ces parcelles, elle est visible sur maximum 20% des F-3 dans le Hainaut, 15% des F-3 dans le Namurois et 10% des F-3 vers Liège. La sévérité de l’infection est faible dans tous les cas.

Stade clefs : 31-51

La rhynchosporiose est observée dans 13 des 16 parcelles. La proportion de plantes touchées est variable : quelques lésions sur 10% des F-3 dans le Namurois, jusqu’à 30% des F-3 du coté de Liège. Des proportions plus importantes (jusqu’à 20% des F-2 pour les variétés les plus sensibles à cette maladie) sont observées dans le Hainaut et seulement 5% des F-2 vers Chaumont-Gistoux.

Stade clefs : 31-51

Recommandations :

Actuellement, la pression phytosanitaire peut dans l’ensemble être considérée comme faible. Seule la pression en rouille naine ou en rhynchosporiose sur variétés sensibles à l’une ou l’autre de ces maladies pourrait être préoccupante et nécessiter un premier traitement. Le temps plutôt sec annoncé cette semaine ne favorise pas la dispersion des maladies fongiques. Si une pression importante d’une maladie est observée sur variété sensible, un traitement peut être envisagé au stade montaison. Il convient donc d’observer l’état sanitaire des parcelles et traiter uniquement là où les maladies sont bien visibles sur les étages supérieurs, ceci pour éviter que les maladies ne s’installent sur les dernières feuilles. Dans ce cas, il est conseillé de privilégier un fongicide à base de triazole voire une strobilurine (contre la rouille naine) en mélange avec un triazole pour le traitement de montaison. En présence faible de maladies et/ou de marché défavorable, on pourrait se contenter d’une dose réduite de fongicide à ce stade, voire de faire l’impasse. Les produits SDHI (efficaces sur la rouille et la rhynchosporiose) sont à réserver pour le traitement de dernière feuille (BBCH39). Parmi les triazoles, l’efficacité du prothioconazole se démarque sur l’helminthosporiose et est à privilégier idéalement pour le traitement en 39. Par souci de lutte contre les résistances, il est vivement conseillé de n’utiliser qu’une seule fois par saison chaque molécule fongicide et d’alterner les différentes substances.

Coordination scientifique : Groupe « maladies » A. Legrève, A. Nysten

[1] Avis CADCO Maladies en ESCOURGEON 2019 https://www.cadcoasbl.be/p03_archives/avert2019/cadco2019-05.pdf ou la page « maladies » du Livre Blanc des Céréales http://www.livre-blanc-cereales.be/thematiques/maladies/.

Retour