ProCulture – Outil d’aide à la décision en septoriose

Actuellement, deux OAD en céréales peuvent être retrouvés sur AGROMET.be : Céciblé et Phénoblé.                                        En parallèle, un troisième OAD a été mis en ligne sur ProCulture (www.proculture.be).

Qu'est-ce que ProCulture ?

ProCulture est un outil interactif d’aide à la décision destiné à optimiser le positionnement des traitements fongicides afin de lutter contre la septoriose. Sur base des coordonnées spatiales de la parcelle, de la date de semis et des données météorologiques du réseau de stations agrométéorologiques en Wallonie de l’asbl Pameseb, le risque de septoriose est évalué sur base d’un modèle épidémiologique ProCulture. Ce modèle était déjà utilisé dans le cadre des avertissements CePiCOP par le groupe « maladies » et il est mis à disposition de tous.

L’outil est gratuit et ouvert à tous. Comme pour Céciblé et Phénoblé, la nouvelle plateforme interactive ProCulture est encore jeune mais peut fournir une aide au secteur.

Contact :  Julie Mertens – Tel : 0476/254.255 - Email : cliniquedesplantes@uclouvain.be

Comment l'utiliser ?

  1. Se connecter sur le site et créer un compte ;
  2. Localiser spatialement la parcelle et disposer ainsi des données Pameseb les plus pertinentes ;
  3. Déterminer la date de semis en fonction de la parcelle ;
  4. Lancer une nouvelle simulation :
    1. Évaluation du stade phénologique du froment ;
    2. Évaluation du pourcentage d’infection foliaire causé par la septoriose.

Coordination scientifique : Groupe « ProCulture – OAD Septoriose » A. Legrève, J. Mertens

Coordonnateur CePiCOP : X. Bertel (0468/38.39.72), visitez notre site : https://centrespilotes.be

Le prochain avis est prévu pour le 28 avril 2020

Réalisés grâce au concours et au soutien : du SPW-Direction de la Recherche et du Développement, du BWAQ asbl, du CARAH asbl, du CRA-W, du CORDER asbl, de la Province de Liège – Agriculture, de ULg-GxABT, de l'OPA qualité Ciney asbl, de Réquasud asbl. 

Cet avis ne peut être diffusé sans l’accord du CePiCOP

 

Retour