CePiCOP - Actualité - céréales du 28 Avril 2020 (C11)

Envoyé le 27/04/2020

Escourgeon

Stades : La majorité des parcelles a atteint le stade dernière feuille étalée (BBCH39) et on voit déjà sortir les barbes dans plusieurs parcelles (BBCH41-49). Les plus tardives qui sont encore au stade de la dernière feuille visible (BBCH37) vont rapidement atteindre la dernière feuille étalée.

Maladies : La période s’étalant entre le stade de « dernière feuille étalée » (BBCH39) et le stade « sortie des barbes » (BBCH49) est l’intervalle pivot pour la protection fongicide de l’escourgeon.

Fertilisation : La dernière fraction azotée peut être appliquée sur les parcelles qui ne l’ont pas encore reçue.

Triticale et Epeautre[1]

Stades : Les triticales et les épeautres continuent leurs développements. Cette semaine, le triticale arrive à l’épiaison et l’épeautre est déjà au stade 31.

Froment

Stades : Plus de 80% des parcelles ont atteint le stade 2ième nœud (BBCH32). Quelques parcelles plus tardives sont encore au stade premier nœud (BBCH31) et d’autres atteignent le stade de la dernière feuille visible (BBCH37).

Maladies : La septoriose est présente et certaines parcelles sont à un stade clef (BBCH32) pour la lutte contre cette maladie. La rouille jaune est observée sur plusieurs parcelles. L’observation des parcelles à ce stade est vivement conseillée pour adapter la bonne stratégie en fonction de votre variété et la pression.

Cultures de printemps

Stades : Les parcelles sont entre le stade 3 feuilles étalées et début tallage.

Fertilisations en avoine : la première fraction peut être appliquée sur les parcelles ayant atteint le stade tallage.

 

[1] Attention, le CePiCOP ne comprend pas de réseau d’observations pour le triticale et ces informations concernent donc des champs observés de façon ponctuelle. Ceci ne reflète pas toutes les situations mais donne une idée de la saison actuelle.

Figure 1: Stades phénologiques des céréales. En vert, les feuilles visibles ; en gris, les feuilles à venir

Pression des principales maladies foliaires sur escourgeon

Symptômes

Détails et plus d’infos[1]

Constats dans le réseau CePiCOP

(15 parcelles observées ce 27/04 avec semis allant du 28/09/19 au 24/10/19: Verity, Quadriga, LG Zebra, Coccinel, Jettoo, KWS Tonic, Rafaela,Tektoo)

L’oïdium est observé dans 13 des 15 parcelles observées. Dans le Hainaut: max 20% des F-2 sont touchées en fonction des variétés. Dans la région de Liège, cette maladie a été observée sur seulement 10% des F-2. Dans les parcelles du Namurois et Brabant-wallon, elle est dans le fond de végétation avec max 5% des F-2 qui présentent des feutrages blancs.

Stade clefs : 30-49

Des pustules de rouille naine sont visibles dans toutes les parcelles. Dans le Hainaut, à Ath et Mainvaut : 5% à 55% des F-2 présentent des pustules selon les variétés. Dans la région de Liège, cette maladie a été observée sur 70% des F-2 sur variété sensible. Elle a été aussi observée dans les parcelles à Lonzée jusqu’à 20% des F-1 et 70% des F-2 dans les cas plus sévères.

 

Stade clefs : 31-51

Lhelminthosporiose est observée sur seulement 4 des 15 parcelles du réseau. Dans ces parcelles, elle est visible sur maximum 5% des F-2 et la surface foliaire touchée reste faible dans tous les cas.

Stade clefs : 31-51

La rhynchosporiose est observée dans 7 des 15 parcelles. La proportion de plantes touchées est variable : quelques lésions sur 30% des F-3 dans le Namurois et Chaumont-Gistoux., peu observé du coté de Liège cette semaine et jusqu’à 20% des F-2 présentent des lésions dans le Hainaut.

 

Stade clefs : 31-51

Recommandations :

La majorité des parcelles est à un stade clef (BBCH39-49) pour effectuer la protection fongicide complète de la culture. Pour les parcelles qui auraient été traitées en début de montaison, il est souhaitable de respecter un délai de trois semaines avant l’application du deuxième traitement.

La période s’étalant entre le stade « dernière feuille étalée » (BBCH39) et le stade « sortie des barbes » (BBCH49) est l’intervalle pivot pour la protection fongicide de l’escourgeon. Un traitement fongicide complet et rémanent à ce stade permettra de lutter contre les maladies déjà présentes et de prévenir l’apparition de la ramulariose Il est conseillé d’utiliser les spécialités à base de carboxamides (SDHI) en mélange avec une triazole et/ou une strobilurine en ajoutant dans les deux cas, un multi-site. Un point sur les changements, retraits (notamment le chorothalonil, avec utilisation max. jusqu’au 20/05/2020) et alternatives des substances actives en escourgeon est disponible dans le Livre Blanc des Céréales de février 2020 (page 5/54).

Coordination scientifique : Groupe « maladies » A. Legrève, A. Nysten

[1] Avis CADCO Maladies en ESCOURGEON 2019 https://www.cadcoasbl.be/p03_archives/avert2019/cadco2019-05.pdf ou la page « maladies » du Livre Blanc des Céréales http://www.livre-blanc-cereales.be/thematiques/maladies/.

 Stade :

Les 16 parcelles d’escourgeon ont atteint le stade dernière feuille étalée (BBCH39). Certaines parcelles ont déjà dépassé ce stade, les premières barbes commencent d’ailleurs à être visibles pour les variétés les plus précoces.

 Fertilisation :

Pour rappel, la dernière fraction pour les escourgeons doit être appliquée au stade dernière feuille étalée (BBCH39), de préférence sous forme solide afin d’éviter les brulures sur les dernières feuilles. La fumure peut donc, si ce n’est déjà fait, être appliquée sur la plupart des parcelles en Belgique.

Dans le cas d’un apport en trois fractions, le conseil « Livre Blanc » est d’appliquer 50kgN/ha pour les variétés lignées et 75kgN/ha pour les variétés hybrides. Pour rappel, le schéma de fertilisation conseillé est le suivant :

ESCOURGEON variétés lignées

ESCOURGEON variétés hybrides

55 kg N/ha au tallage

25 kg N/ha au tallage

55 kg N/ha au redressement

75 kg N/ha au redressement

50 kg N/ha à la dernière feuille

75 kg N/ha à la dernière feuille

 

Dans le cas d’un schéma en 2 fractions (red-df), le conseil est d’apporter une deuxième fraction de 80kgN/ha au stade dernière feuille étalée (BBCH39).

Régulateur :

Les régulateurs de croissance en escourgeon sont en général appliqués en même temps que le fongicide de la dernière feuille étalée.

 

Coordination scientifique : Groupe « phytotechnie », B. Bodson et R. Meurs

Symptômes

Détails et plus d’infos[1]

Constats dans le réseau CePiCOP

Semis du 22 octobre au 20 novembre 2018

Variétés observées ce 27 avril 2020 : GLEAM, KWS SALIX, KWS SMART, BERGAMO, ARMINIUS, BENNINGTON, GRAHAM, KWS TALENT, CHEVIGNON, RELFECTION, RGT SACRAMENTO, WINNER

Septoriose est observée sur 21 des 23 parcelles observées. Elle est présente à des pourcentages variables selon les régions et variétés. Du côté du Hainaut, des lésions sont visibles sur 5 à 70% des F-2 en fonction des variétés. Elle est présente sur les F-3 dans le Namurois et sur max 30% des F-2 du côté de Liège.

 

Pour les parcelles emblavées avec des variétés sensibles où l’inoculum est présent sur les F-2 du moment (en stade 32, cela correspond à la F4 définitive), celui-ci pourrait se propager sur les feuilles supérieures lors de pluies annoncées cette semaine. Une attention doit être requise pour ces parcelles. La maladie pourrait monter sans qu’on puisse encore la voir et s’exprimera sur les feuilles supérieures vers le 10 mai.

Rouille jaune est observée dans certaines parcelles du réseau. Des foyers sont visibles sur variétés sensibles notamment du côté de Liège. Des pustules sont présentes sur les variétés sensibles et sont observées notamment sur REFLECTION, KWS SMART, BERGAMO, RGT SACRAMENTO, ANAPOLIS, GLEAM par exemple.

Rouille brune : n’est pas encore signalée dans les parcelles du réseau d’observation.

 

Oïdium est observée sur 1 parcelle du réseau et reste dans le fond de la végétation car uniquement observée sur les F-3.

Recommandations :

La rouille jaune est signalée à plusieurs endroits sur des variétés sensibles et la septoriose est présente sur les F-2 des variétés sensibles. L’observation des parcelles est très importante au stade 32 de la culture afin de relever la pression en maladies et d’adapter la protection en fonction de la pression notamment en septoriose ou en rouille jaune.

  • Pour les quelques parcelles encore au stade 31, seule la présence de foyers actifs de rouille jaune sur une variété sensible peut amener à envisager un traitement. En cas de traitement au stade 31, privilégiez une dose réduite de triazole (1/2 suffit) et revenir 2 semaines plus tard pour protéger les nouvelles feuilles. Surtout si l’épidémie de rouille continue (ce qui est souvent le cas). Sinon le bénéfice du premier traitement est perdu.
  • Pour les parcelles au stade 32, un traitement est envisageable si une présence significative (plus de 10% des plantes) de symptômes de rouille jaune est observée sur une variété peu tolérante. Un traitement au stade 32 peut aussi être envisagé sur une variété très peu tolérante à la septoriose si plus de 20% des F-2 présentent des symptômes de cette maladie. Dans les parcelles où la rouille jaune est absente ou ne nécessite pas d’intervenir, et où la pression des autres maladies est faible, le traitement peut être postposé au stade dernière feuille étalée (BBCH39).

Faire l’impasse sur le traitement au stade 32 permet d’éviter deux inconvénients : premièrement, cela évite de devoir effectuer un second traitement 3-4 semaines après le premier et d’autre part, comme les blés sont en général au stade épiaison 3-4 semaines après le stade 32, la dernière feuille n’est donc pas protégée dès sa sortie. Faire l’impasse donne ainsi la possibilité de ne traiter qu’une fois sur la saison si les conditions le permettent et la dernière feuille est protégée dès sa sortie. Au besoin, un traitement relais au stade floraison permet de contrôler les maladies plus tardives.

Concernant les utilisations des substances actives au stade 32:

  1. Un ou deux triazoles en mélange + une substance de contact (ex : chlorothalonil)
  2. Un triazole et une strobilurine (si attaque sévère en rouille jaune) + substance de contact (ex : chloro)
  3. Pression faible en maladies, attendre le stade 39

Pour rappel, les molécules SDHI ne doivent être utilisées qu’une fois par saison et l’alternance des substances actives est importante pour conserver leur efficacité. Un point sur les changements, retraits (chlorothalonil, avec utilisation max. jusqu’au 20/05/2020) et alternatives des substances actives en froment est disponible dans le Livre Blanc des Céréales de février 2020 (page 5/8).

Coordination scientifique : Groupe « maladies » A. Legrève, A. Nysten

[1] Avis CADCO maladies du FROMENT 2019 https://www.cadcoasbl.be/p03_archives/avert2019/cadco2019-06.pdf ou la page « maladies » du Livre Blanc des Céréales http://www.livre-blanc-cereales.be/thematiques/maladies/.

Froment d’hiver

En fonction des variétés et des régions agricoles, les semis réalisés durant le mois d’octobre sont entre le stade premier et deuxième nœud (BBCH 32). Le stade des semis de novembre est compris entre le stade redressement et le stade 1 nœud (BBCH 31 - 32).

Les semis tardifs sont au stade redressement (BBCH30). Pour ces semis, la fertilisation et le régulateur ont surement déjà été appliqué.

Froment-pois

Pour les semis de froment-pois implantés fin octobre, le traitement fongicide à réaliser lors de la floraison du pois d’hiver peut être envisagé. Ce traitement est utile afin de lutter contre le botrytis et l’anthracnose du pois d’hiver néanmoins il faut l’utiliser dans des conditions climatiques optimales (attention aux précipitations). Pour des semis réalisés début novembre, ce stade n’est pas encore atteint.

Pour plus d’information, vous pouvez consulter les liens ci-dessous :

Coordination scientifique : Groupe « phytotechnie », B. Bodson et R. Blanchard

 

[1] http://www.livre-blanc-cereales.be/wp-content/uploads/2019/10/2019-10_Livre-blanc.pdf

[2] http://www.livre-blanc-cereales.be/wp-content/uploads/2019/03/LBFEV19-3-culture-en-association-froment-pois.pdf

Triticale[1]  

Les observations dans un essai implanté à Ernage le 14 octobre montrent que le développement des plantes continue. Le stade épiaison devrait être atteint cette semaine.

Comme il a été présenté dans l’avertissement du 14 avril[2], un traitement fongicide contre la rouille jaune peut également être envisagé en fonction de l’état de vos cutures.

Epeautre[3]

Le développement de l’épeautre continue et le stade 31 (BBCH) est atteint.

Coordination scientifique : Groupe « phytotechnie », G. Jacquemin

 

[1] Attention, ces informations concernent les parcelles d’un essai observées de façon ponctuelle. Ceci ne reflète pas toutes les situations mais donne une idée de la saison actuelle.

[2] https://centrespilotes.be/fr/msg/138/edit/401/viewdetail/

[3] Attention, ces informations concernent certains champs observés de façon ponctuelle. Ceci ne reflète pas toutes les situations mais donne une idée de la saison actuelle.

Stade :

La plupart des parcelles d’orges et d’avoines sont actuellement entre le stade 3 feuilles étalées et début tallage.

Désherbage : 

Les désherbages peuvent être faits pour ces cultures. En général, les céréales de printemps sont concurrentielles avec les adventices et des problèmes se posent uniquement avec les dicotylées. Utiliser un anti-graminée est donc dans la plupart des situations peu utile.

Fertilisation azotée en avoine : 

Les besoins de la culture d’avoine sont de l’ordre de 80 à 100kgN/ha (120kg/Nha en région froide). Il est conseillé d’appliquer 1/3 de l’azote au tallage. Le reste sera appliqué au stade redressement.

Coordination scientifique : Groupe « phytotechnie », B. Bodson et R. Meurs

Les avertissements en céréales composent un des services qui est proposé au monde agricole. Ceux-ci sont réalisés chaque mardi en début d’après-midi (pendant des périodes pertinentes) et ce service est gratuit. Des avertissements en colza sont également réalisés en suivant ces mêmes conditions.

Pour en bénéficier vous pouvez vous inscrire sur le site : https://centrespilotes.be/fr/inscriptions/abonnements/.

Ces avertissements peuvent également être consultés sur ce même site :  https://centrespilotes.be/fr/.

 

Le prochain avis est prévu pour le 05 avril 2020

Réalisés grâce au concours et au soutien : du SPW-Direction de la Recherche et du Développement, du BWAQ asbl, du CARAH asbl, du CRA-W, du CORDER asbl, de la Province de Liège – Agriculture, de ULg-GxABT, de l'OPA qualité Ciney asbl, de Réquasud asbl. 

Cet avis ne peut être diffusé sans l’accord du CePiCOP


Réalisé grâce au concours et au soutien : du SPW-Direction de la Recherche et du Développement, du BWAQ asbl, du CARAH asbl, du CRA-W, du CORDER asbl, de la Province de Liège – Agriculture, de ULg-GxABT, de l'OPA qualité Ciney asbl, de Réquasud asbl.