2.1) Pression des maladies en froment d'hiver

Figure 1: Stades phénologiques des céréales. En vert, les feuilles visibles ; en gris, les feuilles à venir

Symptômes

Détails et plus d’infos[1]

Constats dans le réseau CePiCOP

Semis du 22 octobre au 20 novembre 2018

Variétés observées ce 4 mai 2020 : GLEAM, KWS SALIX, KWS SMART, BERGAMO, ARMINIUS, BENNINGTON, GRAHAM, KWS TALENT, CHEVIGNON, RELFECTION, RGT SACRAMENTO

Septoriose est observée sur 21 des 23 parcelles (non-traitées) du réseau. Elle est présente à des pourcentages variables selon les régions et variétés. Du côté du Hainaut, des lésions sont visibles sur 5 à 65% des F-2 en fonction des variétés. Elle est présente sur les F-4 dans le Namurois et sur 5 à 25% des F-2 du côté de Liège.

 

Les pluies reçues ces derniers jours ont permis à l’inoculum de se disperser sur des étages foliaires supérieurs (F2 et F3 définitives). Les symptômes sur ses feuilles supérieures ne seront visibles que fin mai (vers le 20 mai). Il s’agit des parcelles emblavées avec des variétés sensibles où l’inoculum était présent et observé sur les F-2 en stade 32 (qui correspond à la F4 définitive). Une attention doit être requise pour ces parcelles.

 

Rouille jaune est observée sur 10 des 23 parcelles du réseau (= parcelles non-traitées) avec une distribution et une sévérité variable selon les régions et les variétés emblavées. Elle est observée notamment sur les variétés REFLECTION, GRAHAM, KMS SALIX, KWS SMART, BERGAMO, RGT SACRAMENTO, ANAPOLIS, GLEAM par exemple.

 

Des foyers actifs sont mentionnés sur variétés sensibles notamment du côté de Liège. Les plus fortes attaques présentent des pustules visibles sur les F3 définitives. 

Rouille brune : n’est pas encore signalée dans les parcelles du réseau d’observation.

 

Oïdium est observée sur 5 parcelles du réseau et principalement vers Liège. Elle reste majoritairement dans le fond de la végétation sauf à Bombaye avec quelques touffes visibles sur les F3 définitives.

Recommandations :

Les pluies reçues ces derniers jours sont favorables à la dispersion des champignons et de la septoriose notamment. La rouille jaune est signalée à plusieurs endroits sur des variétés sensibles. En fonction de la date de semis et de la région, les parcelles peuvent avoir atteint des stades très différents, qui se situent désormais entre le stade BBCH32 à 41. Il convient de vérifier à quel stade phénologique votre parcelle se situe ainsi que la pression en maladies dans celle-ci afin d’y adapter la protection.

  • Pour les parcelles au stade BBCH32 à 37 et qui n’ont pas été traitées, un traitement peut être justifié en cas de présence significative de rouille jaune (foyer actif) ou de septoriose (plus de 20% des F-2 du moment), sur variétés sensibles à l’une ou l’autre de ces maladies. Pour ces parcelles et celles qui ont déjà été traitées avant le stade dernière feuille, un second traitement englobant l’ensemble des maladies sera réalisé 3 à 4 semaines après ce premier traitement. Dans les parcelles où la rouille jaune est absente ou ne nécessite pas d’intervenir, et où la pression des autres maladies est faible, le traitement peut être postposé au stade dernière feuille étalée (BBCH39).
  • Pour les parcelles ayant atteint le stade BBCH39, dernière feuille complètement étalée, et qui n’ont pas encore été traitées, le traitement complet contre les maladies du feuillage peut être réalisé. Le produit ou le mélange sera choisi en fonction des sensibilités propres à la variété.

Concernant les utilisations des substances actives au stade 32:

  1. Un ou deux triazoles en mélange + une substance de contact (ex : chlorothalonil)
  2. Un triazole et une strobilurine (si attaque sévère en rouille jaune) + substance de contact (ex : chlorothalonil)
  3. Pression faible en maladies, attendre le stade 39

Concernant les utilisations des substances actives au stade 39:

  1. Si pas de traitement réalisé en 32 > implanter un traitement complet : SDHI + triazole + chlorothalonil (+ strobilurine si la variété est sensible à la rouille brune)
  2. Si traitement en 32 > attendre 3-4 semaines et effectuer un traitement relais aux alentours de l’épiaison avec SDHI + triazole (favorisé le prothioconazole qui protège les maladies de l’épi) + (strobilurine si sensible à la rouille brune)

Pour rappel, les molécules SDHI ne doivent être utilisées qu’une fois par saison et l’alternance des substances actives est importante pour conserver leur efficacité. Un point sur les changements, retraits (chlorothalonil, avec utilisation max. jusqu’au 20/05/2020) et alternatives des substances actives en froment est disponible dans le Livre Blanc des Céréales de février 2020 (page 5/8).

Coordination scientifique : Groupe « maladies » A. Legrève, A. Nysten

[1] Avis CADCO maladies du FROMENT 2019 https://www.cadcoasbl.be/p03_archives/avert2019/cadco2019-06.pdf ou la page « maladies » du Livre Blanc des Céréales http://www.livre-blanc-cereales.be/thematiques/maladies/.

Retour