4) Cécidomyie orange du blé : quelques émergences dispersées

Les petites pluies tombées dans l’ouest du pays du 9 au 12 mars ont été considérées comme « pluies inductrices » par l’OAD CÉCIBLÉ. Au cours de ses 13 années de validation, jamais le modèle de prévision des émergences n’avait indiqué des pluies inductrices aussi précoces. Cette année, le modèle développé au CRA-W se trouve donc poussé hors de sa zone de confort, puisqu’il n’a jamais été éprouvé dans un scénario tel que celui de ce printemps.

Cette année va donc intéresser les scientifiques, mais comment doit-on gérer cette information en culture ?

La question sera, d’une part de vérifier si les petites pluies indiquées comme « inductrices » par CÉCIBLÉ, seront effectivement inductrices et, d’autre part de déterminer si ces pluies inductrices (ou les suivantes) provoqueront des vagues d’émergences à des stades vulnérables du froment.

Les pluies tombées en mars (du 9 au 12, puis du 20 au 23) ont été irrégulières. Le tableau ci-dessous illustre cette grande disparité et montre l’intérêt d’utiliser les données spatialisées de l’OAD CÉCIBLÉ : là où des pluies ont été enregistrées en mars, des émergences (faibles vu les quantités de pluie) sont attendues dès à présent. Là où les premières pluies inductrices sont tombées le 17/4, les émergences surviendront d’ici trois bonnes semaines.

Pluies inductrices (mm) ; exemple de consultation de l’OAD CÉCIBLÉ

 

Pluies du 09 au 12/03

Pluies du 20 au 23/03

Pluies du 17/04

MONS

5.7

3.8

5.2

CHARLEROI

-

-

3.2

GEMBLOUX

-

-

1.2

JODOIGNE

3.3

2.2

-

WAREMME

2.0

2.0

-

PERWEZ

-

-

1.2

CINEY

-

-

1.7

NIVELLES

6.4

5.3

-

TOURNAI

4.2

4.4

14.1

Emergences attendues :

Tout début mai

Tout début mai

Fin mai-début juin

 

Sur le terrain, le blé n’a pas encore été exposé à la cécidomyie, puisque les épis n’ont pas encore emergé.  Là où des émergences sont prévues par CÉCIBLÉ au cours de trois semaines à venir, il serait prudent de mesurer l’intensité des vols crépusculaires. Cette estimation se fait en passant lentement une baguette tenue à l’horizontale au niveau des épis. Si cette opération provoque l’envol de 30 individus ou plus, un traitement insecticide peut s’avérer utile.

Vu les faibles volumes de pluies tombées aux moments critiques, il est peu probable que la cécidomyie orange cause des dégâts cette année. Reste à vérifier (via l’OAD CECIBLE) que certaines régions n’aient pas été plus arrosées.

L’OAD CÉCIBLÉ est consultable librement par quiconque via le lien suivant :

(https://app.pameseb.be/fr/oad/cecidomyie/plotly/v3/)   

Coordination scientifique : Groupe « Ravageur », M. De Proft

Retour