2.4) Froment d’hiver et triticale : Cécidomyie orange du blé, risque très faible ; pucerons très rares

Selon l’OAD CÉCIBLÉ, des pluies disparates du 17-18 avril doivent être considérées comme inductrices de nymphose. Ces pluies concernent principalement les régions de l’ouest (Mons, Tournai, etc) et devraient conduire à l’émergence d’adultes autour du 18 mai. Une deuxième vague de pluies a concerné toute la région wallonne le 28/04. Ces pluies généralement abondantes conduiront au pic d’émergence principal autour du 27-28-29 mai.

La cécidomyie orange n’est pas dangereuse cette année. En effet, la réserve dans les sols est faible, et la coïncidence des vols importants et de l’épiaison sera médiocre. De plus, le temps qu’il fait et qui semble devoir se poursuivre toute la semaine est frais et venteux, ce qui ne convient pas aux cécidomyies. Enfin, beaucoup de champs de betteraves ont été traités avec des pyréthrinoïdes. Ces traitements auront certainement eu un impact sur les cécidomyies dont la nymphose se passe à ras de la surface du sol. Tout semble concourir à écarter le risque d’attaque par la cécidomyie orange.

Les observations actuelles portent sur les pucerons. Jusqu’à présent, ces derniers sont très rares et ne suscitent guère d’inquiétude.

Coordination scientifique : Groupe « Ravageurs », M. De Proft

Retour