3.1) Céréales de printemps : recommandations

Orge de printemps :

En fonction de la localisation et de la date de semis, les orges de printemps ont maintenant atteint des stades relativement différents. A Brugelette, ils ont atteint le stade gonflement (BBCH43), à Liernu, les orges sont au stade dernière feuille étalée (BBCH39) alors qu’ils sont au stade dernière feuille pointante (BBCH37) à Lonzée et Schockville.

A Brugelette, les orges de printemps de la variété RGT PLANET sont toujours exemptes de maladies. A Lonzée et à Liernu des pustules de rouille naine sont observées dans le bas du feuillage sur la variété RGT PLANET. La pression de rouille naine augmente à Lonzée, 55% des F-4 sont maintenant touchées avec une sévérité de 1.5%. A Liernu, La pression en rouille naine reste stable, seul 15.4% des F-4 sont touchées avec une sévérité de 0.2%. Il n’y a toujours aucune trace d’helminthosporiose, de rhynchosporiose et de ramulariose sur les 3 sites d’observation.

Etant donné la faible pression des maladies fongiques cette année et la rapidité de la montaison, la solution la plus adaptée dans la plupart des situations est d’appliquer un traitement unique au stade dernière feuille étalée (BBCH39).

L’emploi d’un régulateur de croissance n’est pas systématiquement nécessaire. Il peut cependant être justifié pour les variétés présentant une cotation verse inférieure à 7 (cfr. Article « orges brassicoles » du Livre Blanc de février 2020). Si la culture parait trop dense, l’emploi d’un régulateur peut tout de même être justifié sur une variété présentant une cotation verse supérieure à 7. Le régulateur peut être appliqué en même temps que le fongicide. La dose autorisée en orge de printemps est plus faible qu'en escourgeon (en général 2/3 de la dose autorisée en escourgeon). 

Avoine :

Le stade des avoines varie lui aussi en fonction de la localisation et de la date de semis. Actuellement les stades des avoines dans les sites observés varient entre les stades BBCH37 et BBCH44.

L’avoine étant une plante rustique, un fongicide n’est pas toujours valorisé par la culture. Le conseil est donc de surveiller ses parcelles et de traiter, de préférence après le stade BBCH 39, que si des maladies sont observées dans sa parcelle.

Coordination scientifique : Groupe « phytotechnie », B. Bodson et R. Meurs

 

Retour