CePiCOP - Céréales - 14/09/2020: Les principales maladies du pied en froment

Envoyé le 14/09/2020

photo Il est intéressant de reconnaitre les maladies du pied en céréales durant la saison, car des fortes attaques peuvent induire l’échaudage, la verse et compliquer ainsi la récolte.

Il est intéressant de reconnaitre les maladies du pied en céréales durant la saison, car des fortes attaques peuvent induire l’échaudage, la verse et compliquer ainsi la récolte. Les quatre photos ci-dessous reprennent les maladies principales observées sur les pieds (photos durant la saison 2019, après avoir soulevé successivement les gaines). Les semis précoces, les hivers doux et humides et les précédents « céréales à pailles » sont des facteurs favorables pour la survie et l’attaque de ces différents champignons.

1. Piétin verse (Oculimacula yallundae ou O. acuformis) provoque une seule tache brunâtre, localisée généralement sous le 1er nœud. La forme de la tache ocellée et les plusieurs points noirs observés permettent de ne pas la confondre avec les autres champignons. Des nombreuses variétés sont désormais résistantes et permettent d’éviter les traitements.

2. Piétin échaudage (Gaeumannomyces graminis tritici) est causé par un champignon du sol et est dispersé par le travail du sol. Un manchon noir est visible sur le bas de la tige et peut mesurer plusieurs centimètres et remonter au-dessus du plateau de tallage.

3. Fusariose de la tige et des nœuds (Fusarium spp. ou Microdochium spp.) provoque des taches brunes sous forme de « traits de plume ». Du mycélium rosâtre peut se développer sur les nœuds qui sont touchés. Les faibles précipitations au printemps et les variétés sensibles sont les facteurs favorables aux attaques.

4. Rhizoctone (Rhizoctonia cerealis) forme des taches blanches bien délimitées par un contour brun sur le bas des tiges. Elles peuvent parfois atteindre le 3ième nœud. Les attaques sont généralement en superficie de la tige et induisent donc peu de dégâts.

Coordination scientifique : Groupe « maladies » A. Legrève, A. Nysten

 

Mouche grise : calme plat

Comme chaque année, la fin août - début septembre a été consacrée à une tournée de prélèvement de terre dans une petite centaine de sites de référence. Ces sites de références sont suivis d’année en année. Ils ont été choisis pour avoir, par le passé, donné lieu à des attaques assez importantes de mouche grise. Les prélèvements sont systématiquement effectués en culture de betterave. Cette culture offre en effet un excellent site de ponte à la mouche grise.

Les œufs sont extraits, identifiés et comptés en laboratoire. Cette année, les résultats indiquent des pontes extrêmement faibles dans tout le pays. Il n’y a donc aucune précaution spécifique à prendre pour prévenir les attaques.

Mouche des semis

La mouche des semis peut quelquefois provoquer des dégâts assez graves dans les semis de céréales. Le scénario dangereux est bien connu, et ne devrait plus surprendre personne. Les dégâts surviennent :

  • après des arrachages de début de saison, de betterave, de chicorée ou de légumes à masse végétale abondante,
  • suivis par quelques jours de beau temps favorable à l’activité de l’insecte,
  • au cours desquels les résidus de feuilles pourrissent à la surface du sol.

Coordination scientifique : Groupe « ravageurs », M. De Proft, G. Jacquemin

Pucerons vecteurs de jaunisse nanisante de l’orge

Quelques observations effectuées dans le maïs montrent que, selon les champs, l’abondance de pucerons est très variable. Pour rappel, à la saison où nous sommes, le maïs constitue de très loin le plus grand réservoir de virus de la JNO, et de pucerons vecteurs de ce virus. La proximité de champs de maïs, et leur récolte alors que des céréales sont déjà levées constituent deux facteurs aggravants.

Il est donc vivement conseillé d’éviter les semis précoces.

Coordination scientifique : Groupe « ravageurs », M. De Proft, G. Jacquemin

Suite à la présentation du Livre Blanc de septembre, vous pouvez retrouver la brochure papier sur les sites décrits ci-dessous. La brochure est disponible au prix de 7 € ou par versement de 12 € (7 € + 5 € de frais d’envoi), au n° de compte BE62 3401 5580 3761, Ulg – GxABT – 5030 Gembloux en communication « Livre Blanc Septembre 2020 ». Pour tout renseignements complémentaires vous pouvez également contacter le 081/62.21.41.

  • au secrétariat de M. Bodson Bernard, Gembloux Agro-Bio Tech, Bâtiment de Biologie Végétale, Avenue Maréchal Juin, entrée parking 4, 5030 Gembloux. Contact : 081/62 21 41
  • à partir du mercredi 16 septembre à l’OPA de Ciney asbl, Rue Saint-Quentin 14 ( à la réception du laboratoire) ; 5590 Ciney. Contact : 081/77 68 16
  • à partir du jeudi 17 septembre au CARAH asbl, rue Paul Pastur 11 ; 7800 Ath. Contact : 068/26 46 30
  • à partir du lundi 21 septembre au CPL Végémar asbl, rue de Huy 123 ; 4300 Waremme. Contact : 04/279 68 77

Vous pourrez également retrouver les présentations ainsi que la vidéo de la conférence dans les prochains jours sur le site www.cereales.be.

Editeur resp. : B. Bodson, M. De Proft et B.Watillon


Réalisé grâce au concours et au soutien : du SPW-Direction de la Recherche et du Développement, du BWAQ asbl, du CARAH asbl, du CRA-W, du CORDER asbl, de la Province de Liège – Agriculture, de ULg-GxABT, de l'OPA qualité Ciney asbl, de Réquasud asbl.