2.1) La mouche grise et la mouche des semis

Mouche grise : calme plat

Comme chaque année, la fin août - début septembre a été consacrée à une tournée de prélèvement de terre dans une petite centaine de sites de référence. Ces sites de références sont suivis d’année en année. Ils ont été choisis pour avoir, par le passé, donné lieu à des attaques assez importantes de mouche grise. Les prélèvements sont systématiquement effectués en culture de betterave. Cette culture offre en effet un excellent site de ponte à la mouche grise.

Les œufs sont extraits, identifiés et comptés en laboratoire. Cette année, les résultats indiquent des pontes extrêmement faibles dans tout le pays. Il n’y a donc aucune précaution spécifique à prendre pour prévenir les attaques.

Mouche des semis

La mouche des semis peut quelquefois provoquer des dégâts assez graves dans les semis de céréales. Le scénario dangereux est bien connu, et ne devrait plus surprendre personne. Les dégâts surviennent :

  • après des arrachages de début de saison, de betterave, de chicorée ou de légumes à masse végétale abondante,
  • suivis par quelques jours de beau temps favorable à l’activité de l’insecte,
  • au cours desquels les résidus de feuilles pourrissent à la surface du sol.

Coordination scientifique : Groupe « ravageurs », M. De Proft, G. Jacquemin

Retour