Les pucerons et nos céréales

« Nous sommes au seuil du mois de décembre et il n’a toujours quasi pas gelé. Les températures des derniers jours ont été douces, en particulier la nuit, et il y a même eu quelques après-midi de vraie douceur, au cours desquelles des vols de pucerons ont encore eu lieu, si bien que des froments, même semés début novembre ont pu être infestés. Cette météo agréable maintient également l’activité des pucerons au sol et leur permet de se multiplier et d’étendre la jaunisse de plante en plante : c’est l’infection dite « secondaire ».

La question de l’opportunité d’un traitement pré-hivernal se posait déjà voici 15 jours. Aujourd’hui, elle se pose encore, exactement dans les mêmes termes, puisque la situation météorologique n’a pas évolué.  Devant la diversité des situations (dates de semis, traitement appliqué ou pas, date de traitement), on ne peut que conseiller à chacun d’aller observer dans toutes les parcelles levées, et d’appliquer un traitement insecticide là où des pucerons sont observés. Les parcelles traitées après le 10 novembre sont encore exemptes de pucerons. En revanche, quelques emblavures à peine levées peuvent déjà être touchées.

Cette année, il est important de bien contrôler les pucerons avant l’hiver. En effet la proportion d’entre eux qui portent le virus de la JNO est plus élevée qu’au cours des dernières années. Personne ne sait ce que sera l’hiver : si de bonnes gelées  surviennent dans les prochaines semaines, les traitements insecticides auront été inutiles. En revanche, si l’hiver est doux et que les terres restent longtemps inaccessibles, la jaunisse pourrait s’étendre et s’avérer très nuisible.  Dans cette incertitude, notre conseil est de miser sur la prudence, et d’appliquer un insecticide au cours des prochains jours dans toute emblavure où des pucerons sont observés.

Coordination scientifique : Groupe « ravageurs », M. De Proft, G. Jacquemin

Retour