Colza, situation au 17 avril 2018 (C05)

Envoyé le 16/04/2018

Situation au 17 avril 2018

En quelques jours, la culture de colza d’hiver s’est développée rapidement, aussi bien en taille qu’en stade.  Les boutons floraux grossissent et se séparent sur la hampe principale ; les ramifications secondaires se développent.  Les premières fleurs jaunes sont visibles dans quelques champs.

L’arrivée en masse de méligèthes et de charançons de la tige (du chou principalement) sur les plantes, au cours de la dernière décade, a nécessité ou nécessite encore une lutte contre ces insectes.  En général, on trouve des méligèthes sur chaque plante.  Leur nombre varie d’une plante à l’autre et aussi d’un champ à l’autre.  Au stade « boutons écartés », le seuil d’intervention est de 2 à 3 méligèthes par plante si le colza est faible, et de 7 à 8 méligèthes par plante si le colza est en bon état.  Le seuil d’intervention est dépassé dans plusieurs champs suivis dans le cadre du réseau d’observations.

On peut actuellement déjà observer des boutons floraux qui se déssèchent, ce qui est une conséquence de l’attaque de petits boutons par les méligèthes il y a quelques jours.  Si la culture est vigoureuse, la compensation pourra se faire durant la floraison.  Par contre, si la culture est faible, la récupération sera plus difficile.

Les insecticides utilisés sur méligèthes présentant des modes d’action différents (par contact, systémique, ingestion) montrent des efficacités différentes.  Dans certains cas, l’inefficacité du premier traitement évalué après quelques jours a été constatée.  S’il fallait réintervenir avec un insecticide, il faut veiller à alterner les modes d’action.  Résistance des insectes ou vols d’insectes suivants sont des facteurs explicatifs de la forte présence de méligèthes cette année.

L’arrivée de la floraison du colza sera accélérée cette semaine grâce aux températures estivales annoncées pour les prochains jours.  D’autres insectes pollinisateurs (bourdons et abeilles) seront également actifs.  Les pulvérisations en dehors des heures de butinage permettront de protéger ces insectes bénéfiques pour la pollinisation.

A partir de la floraison de nombreuses plantes de colza, les méligèthes ne seront plus nuisibles, même s’ils restent nombreux.

Christine Cartrysse, APPO, Centre Pilote CePiCOP

                                                               Michel De Proft, Expert scientifique CRA-W


Réalisé grâce au concours et au soutien : du SPW-Direction de la Recherche et du Développement, du BWAQ asbl, du CARAH asbl, du CRA-W, du CORDER asbl, de la Province de Liège – Agriculture, de ULg-GxABT, de l'OPA qualité Ciney asbl, de Réquasud asbl.