CePiCOP - Céréales - 04/05/2021: Suivi des cultures

Envoyé le 04/05/2021

photo Les sujets évoqués dans l'avertissement de cette semaine sont les suivants: la protection des cultures, la fertilisation et les stades phénologiques en escourgeon et en froment d'hiver. L'avertissement reprend également des recommandations pour les céréales de printemps. Bonne lecture!

Escourgeon

Stades : Les escourgeons sont entre le stade dernière feuille pointante (BBCH 37) et dernière feuille étalée (BBCH 39).

Maladies : La période s’étalant entre le stade de « dernière feuille étalée » (BBCH 39) et le stade « sortie des barbes » (BBCH 49) est l’intervalle pivot pour la protection fongicide de l’escourgeon.

Fertilisation : La dernière fraction azotée (stade BBCH 39) peut être appliquée, si cela n’a pas été fait.

Régulateur : Le régulateur de croissance peut être appliqué en même temps que le traitement fongicide (BBCH 39).

Froment

Stades : Pour les 24 parcelles de froment observées dans le réseau, cinq sont au stade épi 1cm (BBCH 30), seize sont au stade 1er nœud (BBCH 31), et trois sont au stade 2ème nœud (BBCH 32).

Maladies : La septoriose est présente sur la quasi-totalité des parcelles observées. Elle est principalement présente dans les étages foliaires inférieurs. Une tache d’oïdium a été observée sur une parcelle.

Fertilisation : Certains semis du mois de novembre ont atteint le stade 1 er nœud (BBCH 31), d’autres sont encore au stade épis 1 cm (BBCH 30). Pour ces derniers, le second apport d’azote d’un schéma en trois fractions peut donc encore être appliqué, s’il n’a pas encore été réalisé.

Régulateur : Pour les parcelles étant entre le stade redressement (BBCH 30) et 2ème nœud (BBCH 32), les conditions sont rassemblées pour garantir l’efficacité du traitement contre la problématique de verse.

Cultures de printemps

Stades : Les parcelles observées dans le réseau sont au stade plein tallage (orges) ou fin tallage (avoines).

Fertilisation : La 1ière fraction a été apportée sur les cultures de printemps. Un deuxième apport en avoines ou en orges (si nécessaire) sera apportée au stade du redressement (BBCH30).

Figure 1: Stades phénologiques des céréales. En vert, les feuilles visibles ; en gris, les feuilles à venir

Pression des principales maladies foliaires sur escourgeon (sur les derniers étages foliaires visibles pour le moment). Les observations sont réalisées sur des étages foliaires supérieurs et exprimées en F-1, F-2, F-3 (F-1 étant la première feuille déployée en partant de l’apex).

Symptômes et stades clefs de traitement

Détails et plus d’infos[1]

Constats dans le réseau de parcelles non-traitées CePiCOP

(Variétés observées le 3 mai 2021 : LG Zebra, Coccinel, KWS Tonic, Tektoo KWS Dorset, KWS Orbit, SY Kingston), Rafaela, Esprit. Date de semis : 29/09/20 au 16/10/20

L’oïdium est observé dans 4 des 17 parcelles du réseau. Elle est généralement observée en F-3 sauf du côté d’Ath où on la retrouve en F-2 à une fréquence relativement faible allant jusqu’à 15%.

Des pustules de rouille naine sont observées sur toutes les parcelles du réseau dans les étages foliaires inférieurs et jusqu’à 100% des F-3 et 80% des F-2 mais avec un seuil de gravité relativement faible.

Cette maladie est à surveiller sur les variétés sensibles à cette maladie.

Lhelminthosporiose est observée sur 8 des 17 parcelles du réseau. Elle est visible dans les étages foliaires inférieurs (jusqu’à 55% des F-2 atteintes). À Lonzée, elle est observée sur 5% des F-1.

La rhynchosporiose est présente 10 des 17 parcelles du réseau. Du côté de Pailhe, elle est observée en F-1 sur une parcelle au stade 37-39. Sur les autres parcelles, elle est présente en F-2 (jusqu’à 45%) et F-3 (jusqu’à 80%). Dans tous les cas, le pourcentage de surface foliaire touchée reste faible.

Recommandations :

Les parcelles atteignent ou sont déjà au stade dernière feuille (BBCH 39). Il est conseillé d’évaluer le stade et l’état sanitaire de votre parcelle et de réaliser un traitement si nécessaire. Un traitement fongicide à base de strobilurine et triazole ou de SDHI et triazole (et/ou strobilurine) est conseillé pour effectuer la protection fongicide complète de la culture. Dans les deux cas, l’ajout d’un multi-sites est préconisé. Cette année encore le mancozèbe pourra être utilisé dans les escourgeons mais il faudra d’ores et déjà se pencher vers d’autres solutions d’avenir telles que le mefentrifluconazole (Livre Blanc des Céréales 2021). Pour les parcelles qui auraient été traitées en début de montaison, il est souhaitable de respecter un délai de trois semaines avant l’application du deuxième traitement.

Coordination scientifique : Groupe « maladies » A. Legrève, H. Wera

[1] La page « maladies » des escourgeons du Livre Blanc des Céréales https://www.livre-blanc-cereales.be/thematiques/maladies/maladies-escourgeon/

Les parcelles se trouvent au stade dernière feuille pointante (BBCH37) et déployée (BBCH39). L’application de la dernière fraction (3ième fraction) peut donc être apportée, qui est de préférence solide pour éviter les brûlures.

Les fumures conseillées Livre Blanc des Céréales[1]pour un fractionnement en 3 apports sont les suivantes :

Stade

ESCOURGEON variétés lignées

ESCOURGEON variétés hybrides

Tallage

55 kg N/ha

25 kg N/ha

Redressement

55 kg N/ha

75 kg N/ha

Dernière feuille

50 kg N/ha

75 kg N/ha

Régulateur :

Les régulateurs de croissance en escourgeon sont à appliquer au stade dernière feuille étalée (BBCH 39). Ceux-ci peuvent être appliqués en même temps que le traitement fongicide.

Coordination scientifique : Groupe « phytotechnie », B. Dumont et Alice Nysten

[1]https://www.livre-blanc-cereales.be/thematiques/fumures/escourgeon/determination-pratique-escourgeon/

  • Ne pas confondre : Septoriose / Helminthosporiose

Septoriose : présence de pycnides (petits points noirs) à l’intérieur des taches. Il est possible d’observer les cirrhes avec une loupe de poche, à la rosée du matin.

Helminthosporiose : les taches sont elliptiques et bien délimitées avec des bordures bien jaunes. L’helminthosporiose forme également un unique point brun au centre de la nécrose lorsque les conditions d’humidité sont réunies. Au binoculaire, des conidiospores et de grandes conidies sont visibles. 

Septoriose (à gauche) et helminthosporiose du blé (à droite). La première présentera toujours des ponctuations noires au centre des nécroses.

  •  Distinguer rouille jaune et rouille brune

La rouille jaune se répartit d’abord en foyers. Les feuilles contaminées présentent des pustules jaune-orange alignées sous forme de stries.

La rouille brune, quant à elle, se répartit de façon homogène dans le champ contaminé. Les feuilles infectées présentent des pustules orange-brune, plus grosses que celles de la rouille jaune, réparties aléatoirement sur la surface foliaire.

  • Diverses carences

Des jaunissements des feuilles peuvent faire penser à la présence d’un virus ou de la rouille jaune. Pensez à vérifier les feuilles car il peut simplement s’agir d’une carence ou d’un blocage dû à la sécheresse et au froid de ces dernières semaines. 

Parcelle de froment, photo de mai 2021 (variété Crossway) par Walter Rodrigo Meza Morales

Coordination scientifique : Groupe « maladies » A. Legrève, H. Wera

Symptômes

Détails et plus d’infos[1]

Constats dans le réseau CePiCOP

Variétés observées ce 3 mai 2021 : GLEAM, KWS DORSET, KWS SMART, LG SKYSCRAPER, WINNER

Date de semis :  du 19/10 au 18/11/2020

La septoriose est présente sur toutes les parcelles sauf dans la variété Winner. Lorsqu’elle est présente, elle est observée jusqu’à 40% des F-2 (sur 14 parcelles) et jusqu’à 100% des F-3.  

La rouille jaune est observée sur 1 parcelle du réseau mais un foyer actif a été mentionnée sur d’autres parcelles dans le Brabant Wallon.  L’humidité attendue pour les prochains jours risque de favoriser la présence de la rouille. Il est donc conseillé de surveiller vos parcelles.

 

 

L’oïdium est observé sur 3 parcelles du réseau avec une fréquence ne dépassant pas les 10%. La maladie est présente en F-2 et le pourcentage de surface foliaire touché est très faible.  

 

[1] La page « maladies » du Livre Blanc des Céréales http://www.livre-blanc-cereales.be/thematiques/maladies/

Recommandations :

Les pluies attendues ces prochains jours sont favorables à la dispersion des champignons et de la septoriose notamment. La rouille jaune est signalée à plusieurs endroits sur des variétés sensibles. Il convient de vérifier à quel stade phénologique votre parcelle se situe ainsi que la pression en maladies dans celle-ci afin d’y adapter la protection.

  • Pour les quelques parcelles encore au stade 31, seule la présence de foyers actifs de rouille jaune sur une variété sensible peut amener à envisager un traitement, privilégiez une dose réduite de triazole (1/2 suffit).
  • Pour les parcelles au stade 32, un traitement est envisageable si une présence significative (plus de 10% des plantes) de symptômes de rouille jaune est observée sur une variété peu tolérante. Un traitement au stade 32 peut aussi être envisagé sur une variété très peu tolérante à la septoriose si plus de 20% des F-2 présentent des symptômes de cette maladie. Dans les parcelles où la rouille jaune est absente ou ne nécessite pas d’intervenir, et où la pression des autres maladies est faible, le traitement peut être postposé au stade dernière feuille étalée (BBCH 39).

 À partir du stade 30-31 et pour chaque stade clé suivant, vous trouverez un diagramme décisionnel adapté à la situation (https://www.livre-blanc-cereales.be/thematiques/maladies/lutte-contre-les-maladies-en-froment/) mais également une description des programmes fongicides conseillés contre la septoriose (Livre Blanc, Edition Février 2021, 5/45).

 

ProCulture (www.proculture.be), l’outil d’aide à la décision développé par l’unité de phytopathologie de l’UCLouvain à Louvain-la-Neuve, vous aide à optimiser le positionnement des traitements fongicides contre la septoriose du blé.

Comment ? Proculture utilise des données météorologiques pour évaluer les risques de septoriose sur les cultures.

N’oubliez pas d’enregistrer vos parcelles afin de bénéficier des conseils de traitements à partir du stade 32. 

Coordination scientifique : Groupe « maladies » A. Legrève, H. Wera

Les fortes amplitudes thermiques observées actuellement entre la nuit et le jour freine la croissance des froments. Les froments semés au mois d’octobre sont maintenant au stade 1er nœud (BBCH 31) ou au stade 2ème nœud (BBCH 32), pour les plus avancés. Si ce n’est pas encore fait, le régulateur peut encore être appliqué sur ces parcelles.

En fonction des variétés et des régions agricoles, les froments semés au mois de novembre sont au stade épis à 1 cm (BBCH 30) ou au stade 1er nœud (BBCH 31). Pour les semis les plus tardifs, le second apport d’azote peut encore être réalisé, si ce n’est déjà fait. Pour un fractionnement en trois fractions, la fumure de référence conseillée par le Livre Blanc pour cette seconde application est de 60 kg N/ha (moyennant la prise en compte des facteurs de correction).

Le traitement régulateur peut également être appliqué à partir du stade épis 1 cm (BBCH 30) et jusqu’au stade 2 nœuds (BBCH 32). Pour rappel, l’efficacité de ce traitement est principalement basée sur les conditions d’application. Il faut donc une céréale en pleine croissance ainsi que des bonnes conditions climatiques (température supérieure à 12 degrés pendant plusieurs heures).

Coordination scientifique : Groupe « phytotechnie », B. Van der Verren et B. Dumont

Orge de printemps

Les orges semées à Ath le 8 mars sont au stade « plein tallage » tout comme les orges semées à Lonzée (le 2 mars) ou encore à Liernu. Les semis de fin mars sont au stade « début tallage ». Le premier apport (90 kg N/ha ou 60 kg N/ha en fonction du reliquat) a été appliqué et pourra être renforcé par 20 à 40 kg N/ha au stade redressement si la culture paraît carencée.

Avoine de printemps

Les parcelles d’avoine présentes sur le site de Lonzée sont au stade « fin tallage » et la première fraction de fumure a été apporté au tallage (voir recommandations dans l’avis précédent). Le reste sera appliqué au stade du redressement.

Coordination scientifique : Groupe « phytotechnie », B. Dumont et Alice Nysten


Réalisé grâce au concours et au soutien SPW, BWAQ, CARAH, CRA-W, CORDER, CPL-Végémar, ULg-GxABT, OPA qualité de Ciney et REQUASUD