Détail Avertissement du 08/06/2021

2. Stades et pression des maladies en froment

Les parcelles observées dans le réseau CePiCOP ne sont pas traitées durant toute la période d’observation. Les informations concernant la présence des maladies peuvent ne pas correspondre avec les observations de vos parcelles qui ont, généralement, déjà eu une protection fongicide.

Constats dans le réseau CePiCOP

Variétés observées le 7 juin 2021 : GLEAM, KWS DORSET, KWS SMART, LG SKYSCRAPER, WINNER

Date de semis :  du 19/10 au 18/11/2020. Pour plus d'info, consultez la page « maladies » du Livre Blanc des Céréales

Septoriose
Les pluies de la fin de la semaine dernière ont permis de faire grimper l’infection sur les étages foliaires supérieurs. Les températures de saison ainsi que les conditions plus sèches de ces prochains jours devraient ralentir l’évolution de la septoriose. La septoriose est présente dans toutes les parcelles du réseau (=parcelles non traitées). Elle est observée sur l’avant dernière feuille (F2) et parfois même sur la dernière feuille. Jusqu’à 100% des F3 et F4 montrent des symptômes de septoriose dans ces parcelles. Le pourcentage de surface foliaire touché en F2, F3 et F4 reste faible (jusqu’à maximum 3% des F2 et 13% des F2). Si vos parcelles ont été correctement suivies et traitées à temps, vous ne devriez pas observer le même scénario que dans le réseau.
Rouille jaune
Quinze des dix-huit parcelles du réseau montrent des pustules de rouille jaune. Les pustules sont observées en F2, F3 et F4. La fréquence de feuilles infectées ne dépasse pas les 40% des F3 et les 30% des F2. La surface foliaire touchée est, dans tous les cas, très faible (jusqu’à 1% des F2 et 3% des F3). La présence s’explique par les températures parfois assez fraiches de la semaine dernière mais cette maladie ne devrait plus évoluer vu les températures estivales actuelles et annoncées.

 

Maladies des épis :

La fusariose des épis peut être causée par deux types de pathogène : Microdochium spp. et Fusarium spp. Les situations à risque sont principalement les cultures de froment (les épeautres sont généralement moins sensibles) de variétés sensibles avec un précédent froment ou maïs, particulièrement lorsque les cannes sont encore apparentes dans la parcelle. Le temps humide (orage, …) favorise le développement de la maladie et il est important d’agir localement en fonction des pluies qui sont programmées et des orages qui sont souvent très localisés.

Deux épis de droite : Fusarium spp. / Deux épis de gauche, Microdochium spp.

Le contrôle de la maladie au moyen de fongicides est plus efficace lorsqu’il est réalisé avant les pluies contaminatrices, du stade épi dégagé jusqu’à la floraison.  C’est au stade floraison (au plus tard entre le début et la mi floraison, stade BBCH61 à 65) que l’on peut intervenir si nécessaire contre la fusariose de l’épi. Les produits à base de prothioconazole sont à conseiller dans les situations à risque afin de contrôler à la fois Fusarium spp. et Microdochium spp. Ce traitement est efficace sur les fusarioses à partir du stade épiaison (idéalement 80% des épis dégagés). Fusarium spp., lorsqu’il est identifié, peut quant à lui être contrôlé au moyen d’autres substances actives comme le tébuconazole et metconazole. Ces deux traitements devront être appliqués au moment de la floraison (début à mi-floraison) pour être efficaces, ce qui restreint considérablement la période de traitement possible. 

Recommandations :

En fonction de la protection fongique que vous avez déjà apportée à votre culture, voici les dernières recommandations :

  • Si un traitement a été réalisé au stade 32 et qu’il s’agit d’une variété sensible à la septoriose et/ou la rouille brune et/ou fusariose de l’épi à réaliser un traitement « relais » maximum 4 semaines après le premier.
  • Si un traitement a été réalisé au stade 39 et qu’il y a un risque de fusariose de l’épi et/ou qu’il s’agit d’une variété sensible à la rouille brune à Traitement conseillé au stade épiaison.
  • Si un traitement a été réalisé au stade 39 et qu’il s’agit d’une variété peu sensible à la rouille brune et peu de risque de fusariose de l’épi il n’est pas nécessaire de traiter (schéma de traitement unique au stade BBCH39)
  • Si aucun traitement n’a encore été réalisé et qu’il y a une pression en maladie élevée à traitement conseillé au plus tard au stade BBCH65 (floraison).
  • Si aucun traitement n’a encore été réalisé et que la pression en maladie est faible à il n’est pas primordial de traiter. Un itinéraire sans aucun traitement fongicide est possible sur variété peu sensible.

Pour chaque schéma de protection, il est conseillé de respecter 3 principes de base :

  • L’alternance des substances actives
  • L’association de substances actives d’au moins deux modes d’action différents
  • Une utilisation de SDHI par saison maximum

Soure: Livre Blanc « Céréales », Edition février 2021

 Coordination scientifique : Groupe « maladies » A. Legrève, H. Wera

Retour avertissement complet