CePiCOP asbl Colza 12.10.2021

CePiCOP asbl

Les colzas poursuivent leur développement malgré les températures fraîches de ce début d'automne. Les stades vont de 2-3 feuilles à 6 feuilles dans les parcelles du réseau. On peut actuellement voir dans quelques parcelles des plantes présentant des décolorations du feuillage, cela est dû à la phytotoxicité des herbicides. On voit très peu d'altises sur les plantes, malgré que celles-ci ont encore profité des bonnes températures du week-end pour voler (Les relevés dans les bassins sont très variables d'un champ à l'autre). Il faut rester attentif aux dégâts d'altises et de limaces sur les très petits colzas qui favoriseraient certainement un retard de développement avant l'hiver. La surveillance continue.

Avertissement
Communication
Événement

Les journées actuelles sont bien celles de l’automne avec une alternance de journées ensoleillées et de journées nuageuses et pluvieuses, avec des températures de saison c’est-à-dire fraîches.  Quelques gelées nocturnes ont déjà été relevées, sans dégât à la culture de colza ni sur les insectes.

Le colza d’hiver continue à se développer, avec des situations très contrastées.  Les plantes les plus avancées sont à 6 feuilles avec une croissance dynamique et forment de beaux champs bien couverts.  Les plantes les plus petites, à 2-3 feuilles, présentent un retard de développement pour la mi-octobre.  Il faudra espérer une remontée des températures pour les aider à se développer.

Les freins causés par les morsures d’altises et de limaces sont bien visibles.  Des dégâts de limaces, de lapins et d’oiseaux sont actuellement observés sur les feuilles de colza, ainsi que quelques symptômes de phytotoxicité des herbicides (décoloration du feuillage).

phytotoxicité due à l'herbicide
Colza peu développé, freiné par les morsures d'altises et de limaces

Dans les bassins, on piège encore des grosses altises.  Sur 41 champs de colza d’hiver suivis, le nombre d’altises piégés durant la semaine écoulée varie fortement : aucune capture dans 3 champs jusqu’à 90 adultes piégés dans un champ (Blaimont).  Dans la majorité des cas (une trentaine de champs), les captures sont inférieures à 10 altises.  Dans 1 champ sur 4, les captures sont comprises entre 15 et 35 altises (Falmagne (34), Achet (32), Conneux (26), …).  Plusieurs grosses altises se trouvaient à la surface de l’eau, ce qui signifie que les récentes journées ensoleillées ont été favorables aux vols d’insectes.

Les premiers charançons du bourgeon terminal ont été capturés dans les pièges, dans 6 champs sur 41, avec un nombre très faible (de 1 à 5 adultes).

Charançon du bourgeon terminal

Sur les plantes de colza d’hiver, très peu d’insectes adultes sont visibles lors des observations.  Les altises n’ont été vues que dans 2 champs et les pucerons dans un seul champ (3 insectes pour 40 plantes).

La surveillance des ravageurs en colza, facilitée par la pose d’un piège, continue en octobre.

Christine Cartrysse, Centre Pilote CePiCOP


Réalisé grâce au concours et au soutien de nos partenaires
CARAH CPL Végémar CRA-W CePiCOP OPA Ciney PN Burdinale-Mehaigne PN Vallée de l'Attert PROTECT'EAU Wallonie