Le colza d’hiver : Fin floraison ! - La féverole d’hiver et le pois protéagineux d’hiver : Arrivée de pucerons

Imprimer
Avertissement
Communication
Événement

OLÉAGINEUX

La floraison du colza d’hiver est maintenant terminée ; les siliques continuent à se développer et à prendre le relais des feuilles pour la photosynthèse.

Siliques de colza bien formées @crédit photo: Christine Cartrysse

Malgré les conditions estivales actuelles avec des températures très élevées (25 à 30°C) et la sécheresse, peu d’insectes ravageurs sont encore observés en colza d’hiver.  Les derniers méligèthes se concentrent dans les dernières fleurs.  Les charançons des siliques ont été observés dans 12 parcelles sur 36 suivis dans le cadre du réseau ; leur nombre reste très limité, en moyenne de 1 à 4 adultes pour 40 plantes (max atteint : 14 pour 40 plantes), bien en dessous du seuil d’intervention.

La surveillance des insectes ravageurs adultes s’arrête avec la fin de la floraison du colza d’hiver.  Les bassins jaunes seront enlevés des champs de colza et pourront être utilisés dans d’autres cultures, pour repérer l’arrivée des pucerons par exemple.

Cet avis clôture la saison d’observations et d’avertissements en colza, menés dans le cadre du réseau mis en place par le CePiCOP, au printemps 2022.

Il reste à souhaiter des pluies pour la fin de cycle du colza d’hiver, pour assurer un bon rendement en graines de colza, riches en huile et en protéines végétales.

PROTÉAGINEUX

Les protéagineux d’hiver ont démarré leur floraison.  La lutte contre les maladies se fait de façon préventive pour couvrir toute la période de floraison.  En situation chaude et sèche, il faudra lutter contre la rouille en féverole ; en situation humide ou orageuse, la lutte contre l’anthracnose et le botrytis sera recommandée.

Les pucerons font leur apparition actuellement.  Les pucerons noirs sont observés en féverole d’hiver sous forme de manchons.  En pois protéagineux, les pucerons verts sont visibles dans les boutons floraux.  La lutte contre ces insectes est importante car ils peuvent affaiblir les plantes et transmettre des viroses, comme en 2020.  La sécheresse actuelle et les températures élevées leur sont favorables.  Les insectes auxiliaires (larves de coccinelles, syrphes,…) peu nombreux jusqu’à présent, consomment les pucerons.

Pucerons verts en pois protéagineux d'hiver @Crédit photo: Christine Cartrysse
Pucerons noirs en féverole d'hiver, et coccinelle @Crédit photo: Christine Cartrysse

La féverole attire les insectes pollinisateurs (bourdons, abeilles) ; il faut donc veiller à les protéger.  Il ne faut pas utiliser de produits insecticides au moment où les abeilles sont actives.

Abeille en féverole d'hiver @Crédit photo: Olivier Decelle

Réalisé grâce au concours et au soutien de nos partenaires
CARAH CPL Végémar CRA-W CePiCOP OPA Ciney PN Burdinale-Mehaigne PN Vallée de l'Attert PROTECT'EAU Wallonie