Situation maladies en froment et épeautre

Observer avant de décider : il est recommandé d’observer vos terres avant de décider d’un éventuel traitement.

Dans notre réseau de parcelles d’essais non traitées, les observations systématiques sont terminées. La plupart des parcelles sont aux stades épiaison ou floraison. La septoriose aura été globalement discrète cette année. La rouille jaune aura été très problématique sur les variétés sensibles (Reflection, …) alors qu’elle n’a pas été fortement observée sur les variétés résistantes. La rouille brune est également assez bien présente cette année sur variétés sensibles.

Conseil :

  • Pour les parcelles au stade 51-59 (épiaison), un traitement doit être envisagé si la parcelle n’a pas encore été traitée et si la présence d’une maladie foliaire est détectée sur une des 3 dernières feuilles, peu importe la variété. Si la pression en maladie reste faible au sein de la parcelle, le traitement peut encore être postposé, avec vigilance.
  • Pour les parcelles qui ont été traitées au stade 32, la protection apportée par ce traitement se dissipe au bout de 3 à 4 semaines et un traitement relais devrait être envisagé pour protéger les derniers étages foliaires. Le traitement réalisé au stade 39 ou après le stade 39 doit être complet et assurer une bonne protection contre la septoriose (mélange de triazoles ou triazole associée au carboxamide) et la rouille brune (strobilurine si variété sensible). Lorsqu’il est réalisé après le stade 39, il peut en outre prendre en compte le risque lié à la fusariose de l’épi.

Fusariose de l’épi

La sensibilité variétale est le premier paramètre à prendre en compte. Les situations à risque sont les cultures de froment de variétés sensibles dans lesquelles le travail du sol a été réduit et les froments (variété sensible) après froment ou maïs, particulièrement lorsque les cannes sont encore apparentes dans la parcelle. Le temps humide (orage,…) favorise le développement de la maladie. C’est au stade floraison (au plus tard entre le début et la mi-floraison, stade 61 à 65) que l’on peut intervenir si nécessaire contre la fusariose de l’épi. L’utilisation de prothioconazole est le plus indiqué pour lutter contre les deux « types » de pathogènes de la fusariose. Le tébuconazole et le metconazole sont, quant à eux, utiles uniquement contre les Fusarium spp.

A savoir que les épeautres sont généralement moins sensibles à la fusariose de l’épi que les froments.

Coordination scientifique : Groupe « maladies », A. Legrève, M. Delitte

Retour