Ravageurs d’été : fin de saison

Pucerons et criocères

Observations du : 18 juin 2017

Réseau d’observations de 17 champs : Anthée, Assesse, Ath, Biesmerée, Ciney, Clermont, Foy ND, Franc-Waret,  Gembloux, Hanret, Jandrain, Melles, Meux, Nivelles, Rhisnes, Stave, Saint-Gérard.

Les observations de ce printemps en céréales ont révélé de faibles niveaux d’infestation des pucerons. Les populations de pucerons vont de 0 à 62 pucerons par 100 talles ce qui est fort peu.

Les populations de criocères (lema) bien que parfois plus présentes sont demeurées sans risque.

Mesurer l’attaque de cécidomyie orange subie, c’est mesurer le risque pour la saison à venir

Les fortes attaques de cécidomyie orange subies voici 10-15 jours, se concrétisent actuellement par la présence de petites larves orange vif situées à la base des grains, dans les épillets (face ventrale ou face dorsale du grain). Ces larves ne peuvent être touchées par aucun insecticide, et plus aucune intervention ne se justifie dans la culture.

Les larves les plus âgées auront bientôt terminé leur phase alimentaire, stade à partir duquel une pluie sera nécessaire pour qu’elles quittent les épis et regagnent le sol où elles resteront au moins jusqu’au printemps prochain.

Les prévisions météorologiques indiquent que le temps devrait rester sec jusqu’à la fin du mois. Si ceci se confirme, les larves de cécidomyie orange les plus jeunes devraient avoir fini leur phase alimentaire et être prêtes quitter les épis, sans que les plus âgées n’aient commencé à tomber : toutes les larves devraient quitter les épis en une fois, lorsque la première pluie se présentera.

Cette situation peut être mise à profit pour mesurer précisément l’attaque subie.

A quoi peut servir cette mesure ?

D’une part, à estimer la perte subie dans ses propres champs, mais surtout, à estimer la quantité de larves qui retournent au sol et qui constitueront la menace pour la saison prochaine. Une forte production de larves observée dans une exploitation pourrait par exemple pousser le céréalier concerné à opter pour des variétés de blé résistantes à la cécidomyie orange plutôt que pour des sensibles, ou à cultiver de l’épeautre ou de l’escourgeon plutôt que du blé, les céréales à grains vêtus étant beaucoup moins sensibles à cet insecte.

 

Pratiquement :

L’idéal serait de récolter 50 tiges (10 prises de 5 tiges, en respectant une distance de 5m minimum entre deux prises), le plus tard possible en saison, mais impérativement avant le retour des pluies.

Ces petites bottes étiquetées (1. Localité, 2. Date du prélèvement, 3. Variété, 4. Date du traitement insecticide éventuel, 5. Coordonnées du demandeur) peuvent être acheminées au 11 rue du Bordia à 5030 Gembloux (Bâtiment Carson), où aura lieu l’extraction et le comptage des larves. Ne pas mettre ces bottes dans des sacs en plastique. Ce service est ouvert à quiconque au tarif de 10 € / échantillon.

Cet avis termine la saison d’avertissements.

Nous profitons de l’occasion pour remercier toutes les équipes ayant contribuées au bon déroulement de cette saison d’avertissements.

Coordination  scientifique : Groupe « ravageurs », S. Chavalle, G. Jacquemin et M. De Proft

Coordonnateur CePiCOP et CADCO : X. Bertel (081/62.56.85), visitez notre site : www.cadcoasbl.be

Retour