CADCO - Actualité - céréales du 19 mars 2019 (C05)

Envoyé le 21/03/2019

Après les épisodes de pluies plus ou moins abondantes selon les endroits, les cultures de céréales sont pour leur grande majorité en bon état.

Avant toute intervention dans les cultures de céréales, laissez ressuyer convenablement vos sols pour que les plantes soient aptes d'une part à pouvoir prélever des apports d'azote ou supporter parfaitement les traitements herbicides. De même s'il s'agit d'encore semer des céréales de printemps, la préparation du sol doit à cette époque de l'année être de très bonne qualité et le sol suffisamment réchauffé pour obtenir des levées rapides et homogènes.

 

FROMENT : Les stades de développement des froments ont évolué normalement depuis la fin février :

pour les semis de mi-octobre : plein à fin tallage (26-29)

pour les semis de mi-novembre : 2 - 3 talles (22-23)

pour les semis tardifs de mi-décembre 3 à 4 feuilles (13-20)

Les applications de tallage pour les semis d'octobre ou de novembre ont généralement déjà été effectuées. La seconde application devra être envisagée d'ici deux semaines.

Pour les semis tardifs, effectuer votre premier apport en fin de semaine.

 

ESCOURGEON : Les escourgeons sont au stade fin tallage, l'épi n'a encore dans les observations que 6 mm de longueur. Il faut encore attendre pour la seconde application au stade redressement, le tallage est abondant et il faut éviter une montée d'un trop grand nombre de tiges (risque de verse et trop forte compétition entre tiges avec pour conséquence un nombre réduit de grain par épi.

 

Orge Brassicole et Avoine :

Les orges brassicoles et les avoines semées en fin février ou début mars sont levées. L'application d'azote après la levée devra se faire lorsque les sols seront bien ressuyés et que la croissance
de ces cultures sera bien lancée.

Les outils de calcul des fertilisations « livre blanc céréales » ont été mis à jour sur le site ici

Coordination  scientifique : Groupe « phytotechnie », B. Bodson, R. Blanchard, R. Meurs

  • Des symptômes de mosaïque sur feuilles, c’est à dire une décoloration des limbes sous forme de tirets chlorotiques (Photo1), peuvent être provoqués par le virus de la mosaïque jaune de l’orge (BaYMV) transmis par Polymyxa graminis, un microorganisme du sol. Les plantes atteintes par ce virus, souvent distribuées en plages vert clair à jaune, peuvent être visibles dans les champs atteints au début du printemps. Ces symptômes tendront à disparaitre vers la fin avril avec les températures plus douces. Comme il s’agit d’une maladie virale spécifique à l’escourgeon et transmise par le sol, il convient de repérer les parcelles infestées en mars ou début avril afin d’emblaver ces dernières avec des variétés résistantes au BaYMV lors de la prochaine culture d’escourgeon.

 

  • La rhynchosporiose, due au champignon Rhynchosporium secalis, est caractérisée par des taches sur les limbes, de forme irrégulière, avec un centre plus clair et un contour brun à violacé bien délimité (photo.2). La maladie débute souvent, après un hiver froid et humide, à l’aisselle des feuilles (photo.3) et se propage par éclaboussures de pluie ainsi que par dissémination aérienne des spores. Il est donc important d’écarter le feuillage pour vérifier sa présence et l’abondance à la base des plantes.

 

  • L’helminthosporiose de l’orge, due à Dechslera teres, se caractérise par de longues stries brunes (photo.4) habituellement entourées d’un halo jaune ou clair et parallèles aux nervures des feuilles (photo.5). Les taches sont visibles de façon symétrique sur les deux faces des feuilles. La maladie est souvent répartie de façon homogène dans la parcelle et l’infection monte du bas vers le haut des plantes. Les attaques sévères commencent réellement après le déploiement de la dernière feuille et jusqu’à la fin de la floraison lorsque le climat est favorable.

 

 

  • La rouille naine de l’orge, causée par Puccinia hordei, est caractérisée par la présence de pustules orangées isolées et entourées d'un contour chlorotique à la face supérieure du feuillage (photo.6). Ces pustules contiennent des spores qui se dispersent par le vent. Cette maladie ne forme pas de foyer au niveau de la parcelle et se répartie partout dans le champ infecté. La maladie ne devient vraiment dangereuse qu’après le déploiement de la dernière feuille.

 

  • La ramulariose, Ramulario collo-cygni, provoque des petites lésions rectangulaires de couleur brun foncé, souvent entourées d'un halo jaune (photos 7 et 8). Cette maladie n’apparaît que tard dans la saison et elle peut être souvent confondue avec des symptômes de troubles physiologiques (stress lumineux, taches léopard ou des brulures polliniques) ou encore avec des traces d’oïdium. Ce sont les structures en forme de « col de cygne » retrouvées sur la face inférieure des feuilles qui permettent de confirmer le diagnostic.

 

Coordination scientifique : Groupe « maladies » A. Legrève, A.Nysten

 

 

Comment se connecter à son compte ligne ?

Suite à de nombreuses demandes, vous trouverez ci-après la démarche à suivre pour consulter votre compte phytolicence : ici

Pour ce faire vous avez besoin de votre lecteur de carte d’identité, de votre carte d’identité et du code PIN de votre carte d’identité

Nombre de formations à suivre par période et par type de phytolicence :

2 modules pour la NP / 3 modules pour la P1 / 4 modules pour la P2  / 6 modules pour la P3

avec la collaboration du PWRP


Réalisé grâce au concours et au soutien : du SPW-Direction de la Recherche et du Développement, du BWAQ asbl, du CARAH asbl, du CRA-W, du CORDER asbl, de la Province de Liège – Agriculture, de ULg-GxABT, de l'OPA qualité Ciney asbl, de Réquasud asbl.