Réseau « maladie en escourgeon »

Résumé

Toutes parcelles du réseau ont dépassé le stade « dernière feuille étalée » (BBCH39) et certaines atteignent même le stade d’émergence de l’épi (BBCH50). L’oïdium ainsi que la rouille naine sont toujours bien présentes dans les parcelles du réseau, qui pour rappel, sont des parcelles non-traitées.

Avancement des cultures

Pression en maladies (observations sur des parcelles non-traitées)

Lhelminthosporiose est rare dans le Hainaut sur des étages foliaires F3 (feuille définitive, voir schéma ci-dessus) à une fréquence de maximum 5%. Il en est de même à Lonzée. En région liégeoise, on l’observe sur 15% des F3.

La rhynchosporiose n’est signalé que dans 4 parcelles (à Lonzée et Pailhe). Elle atteint à Lonzée 5% des F3 et 10% des F4 à Pailhe.

L’oïdium est observé à une fréquence de maximum 3% sur des F2 dans le Hainaut (Frasnes et Ath). A Lonzée, il est observé les F4 à des fréquences de maximum 20%.

La rouille naine se retrouve sur les F2 dans la région de Namur et du Hainaut. Elle est présente à Lonzée sur 10% des plantes observées, sur la F2 définitive des variétés sensibles et sur 40% des F2 définitives à Ath.

 

 

Recommandations

La période s’étalant entre le stade « dernière feuille étalée » (BBCH39) et le stade « sortie des barbes » (BBCH49) est l’intervalle pivot pour la protection fongicide de l’escourgeon. Un traitement fongicide complet et rémanent à ce stade permettra de lutter contre les maladies déjà présentes et de prévenir l’apparition de la ramulariose Il est conseillé d’utiliser les spécialités à base de carboxamides en mélange avec une triazole et/ou une strobilurine. Il est également conseillé d’appliquer du chlorothalonil car c’est le dernier produit encore réellement efficace contre la ramulariose.

Coordination scientifique : Groupe « maladies » A. Legrève, A.Nysten

Le prochain avis est prévu pour le 07 mai.

Retour