CePiCOP - Actualité - céréales du 07 mai 2019 (C12)

Envoyé le 06/05/2019

Avoine :

Les avoines semées le 27 février à Gembloux se trouvent actuellement au stade redressement. A ce stade la deuxième fraction d’azote peut être appliquée.

La fumure de référence est :

  • 80-100 unités fractionnées en deux applications : 1/3 au tallage, 2/3 au redressement
  • En région froide, 120 unités fractionnées en deux applications : 1/3 au tallage, 2/3 au redressement

 

Orge brassicole :

Réseau

3 parcelles réparties dans les localités : Hainaut (Vaudignies) et Namur (Gembloux, Liernu)

 

 

Les orges brassicoles semées le 21 février à Vaudignies se trouvent actuellement au stade BBCH 31 (1er nœud). Les premiers symptômes d’helminthosporiose ont été observés dans cet essai, cependant, la pression de la maladie est faible (50% des F-3 touchées avec une sévérité de 0.42%). La pression de la maladie n’est donc pas préoccupante pour le moment. Nous rappelons qu’en général, un traitement contre l’ensemble des maladies au stade BBCH39 (dernière feuille étalée) est suffisant.

A Gembloux, les orges semées le 27 février ont atteint le stade redressement (BBCH30). A Liernu, les orges semées le 27 mars se trouvent au stade plein-tallage.

Pour les parcelles ayant atteint le stade BBCH30 (épi 1cm), une deuxième application de fumure peut être appliquée si la culture parait carencée, notre recommandation est d’appliquer entre 20 et 40 kg N/ha. Dans le cas où les reliquats azotés de la parcelle sont élevés, il est recommandé de ne pas appliquer cette deuxième fraction afin de ne pas dépasser la teneur en protéine maximale autorisée.

Coordination  scientifique : Groupe « phytotechnie », R. Meurs

Le prochain avis est prévu pour le 14 mai.

Fumure et régulateur

Les semis réalisés en octobre sont caractérisés par une dernière feuille pointe (BBCH 37), il y a lieu d’appliquer la dernière fraction de la fumure azotée.

La dose de référence à appliquer est de 65 kg N/ha pour une fumure en trois fractions et de 85 kg N/ha pour une fumure en deux fractions.  Cette dose est à moduler selon les conditions culturales de la parcelle, les doses déjà appliquées et l’état de la culture définie lors dans le Livre blanc céréales 2019. L’ensemble des informations afin d’adapter cette fumure sont reprises ici. De plus, un outil d’aide à la décision au niveau de la fumure est disponible ici.

L’application peut être réalisée sous forme solide ou liquide. Si on choisit de l’appliquer sous forme liquide, il convient d’être prudent afin d’éviter d’occasionner des brûlures importantes aux feuilles supérieures de la culture. Les précautions suivantes doivent être prises :

- Ne pas appliquer en plein soleil et lorsqu’il y a des vents du nord et de l’est

- Utiliser des jets adaptés qui permettront à l’engrais liquide d’atteindre le sol

- Il est souhaitable que la culture reçoive des précipitations même légères dans les jours qui suivent l’application

- Ne pas appliquer en mélange de l’engrais liquide avec des produits phytosanitaires.

Coordination  scientifique : Groupe « phytotechnie », B. Bodson, R. Blanchard

Le prochain avis est prévu pour le 14 mai.

Rappel des recommandations

Toutes les parcelles ayant dépassé le stade dernière feuille étalée, il n’y a plus d’observation systématique prévue dans notre réseau. La période s’étalant entre le stade « dernière feuille étalée » (BBCH39) et le stade « sortie des barbes » (BBCH49) est l’intervalle pivot pour la protection fongicide de l’escourgeon. Un traitement fongicide complet et rémanent à ce stade permet de lutter contre les maladies déjà présentes et de prévenir l’apparition de la ramulariose Il est conseillé d’utiliser les spécialités à base de carboxamides en mélange avec une triazole et/ou une strobilurine. Il est également conseillé d’appliquer du chlorothalonil car c’est le dernier produit encore réellement efficace contre la ramulariose.

Coordination scientifique : Groupe « maladies » A. Legrève, A.Nysten

Le prochain avis est prévu pour le 14 mai.

Résumé

Plus de 70% des parcelles dépassent le stade « 2ième nœud » (BBCH32). Les 30% restants, encore au stade « 1ier nœud » (BBCH31), correspondent aux semis du mois de novembre. Les maladies progressent et une vigilance est requise pour la septoriose qui est visible dans toutes les parcelles du réseau d’observation. La rouille jaune est visible sur les variétés sensibles principalement.

Avancement des cultures

Pression en maladies

La septoriose est présente dans toutes les parcelles du réseau mais l’intensité de cette maladie varie en fonction des variétés et des régions. Sur les parcelles ayant atteint le stade 32, elle est observée sur les F3 à Ath et Ellignies et sur les F4 à Lonzée, Fexhe et Pailhe. D’après le modèle épidémiologique PROCULTURE, des infections primaires sont en incubation sur les étages foliaires supérieurs (F4 à Namur, F3 à Liège et F2 dans le Hainaut). Il est conseillé de réaliser un traitement à partir du stade 32 sur variétés sensibles présentant des symptômes de septoriose sur plus de 20% des F-2 afin de protéger les étages foliaires supérieurs.

L’oïdium est observé dans 18 parcelles du réseau. Dans la région de Liège, il n’est observé que sur les F-2 du moment à des fréquences de 1 à 2 plantes sur les 20 observées donc ne dépasse donc pas la F4 définitive. Dans la région de Namur, cette maladie est plus timide contrairement à la région du Hainaut où quelques touffes blanches sont visibles sur les F3 définitives.

La rouille jaune est observée dans 11 parcelles du réseau (= parcelles non traitées) avec une distribution et une sévérité variable selon les régions et les variétés emblavées. Les fréquences des feuilles infectées, exprimées en feuilles définitives (voir schéma ci-dessus), sont les suivantes :

  • 25% des F5 (RELFECTION) à Pailhe,
  • 30% des F4 (RELFECTION) à Fexhe,
  • 50% des F4 (RELFECTION) à Mortroux,
  • 5% seulement des F5 (RAGNAR) à Mettet
  • 6% des F3 (NEMO) et 1% des F5 (RAGNAR) à Ath
  • 20% des F3 (NEMO) et 1% des F4 (RAGNAR) à Ellignies

Les variétés suivantes sont à surveiller vis-à-vis de la rouille jaune :

BENCHMARK, NEMO, REFLECTION, RGT REFORM, SAHARA, KWS DORSET et RGT TEXACO.

La rouille brune n’est pas observée dans les parcelles du réseau mais certaines pustules ont déjà été signalées dans la région de Liège.

Recommandations :

En fonction de la date de semis et de la région, les parcelles peuvent avoir atteint des stades très différents, qui se situent désormais entre le stade 31 à 39. Il convient de vérifier à quel stade phénologique votre parcelle se situe ainsi que la pression en maladies dans celle-ci afin d’y adapter la protection.

  • Pour les parcelles qui n’ont pas encore atteint le stade 32, seule la présence de foyers actifs de rouille jaune sur une variété sensible peut amener à envisager un traitement.
  • Pour les parcelles au stade 32 à 37 et qui n’ont pas été traitées, un traitement peut être justifié en cas de présence significative de rouille jaune (foyer actif) ou de septoriose (plus de 20% des F-2), sur variétés sensibles à l’une ou l’autre de ces maladies. Pour ces parcelles et celles qui ont déjà été traitées avant le stade dernière feuille, un second traitement englobant l’ensemble des maladies sera réalisé 3 à 4 semaines après ce premier traitement. Si aucune maladie n’est observée sur la parcelle pour l’instant, la protection peut être reportée avec vigilance au stade 39.
  • Pour les parcelles ayant atteint le stade 39, dernière feuille complètement étalée, et qui n’ont pas encore été traitées, le traitement complet contre les maladies du feuillage peut être réalisé. Le produit ou le mélange sera choisi en fonction des sensibilités propres à la variété.

 

Substances actives à préconiser dans un programme fongicide en froment

 

Pour rappel, les molécules SDHI ne doivent être utilisées qu’une fois par saison et l’alternance des substances actives est importante pour conserver leur efficacité. Ex : Si utilisation du prothioconazole au stade 39, ne plus l’utiliser dans un traitement à l’épiaison et privilégier alors le tebuconazole ou metconazole pour protéger l’épi.

Coordination scientifique : Groupe « maladies » A. Legrève, A. Nysten, Ch. Bataille

 

Le prochain avis est prévu pour le 14 mai.

A l’agenda :

  • Voir toutes les visites d’essais en cultures de céréales d’oléagineux et de protéagineux, cliquez ici

 

Pour information : du vendredi 13 au dimanche 15 septembre 2019. Formation micro-malterie au musée Français de la Brasserie. Nombre de places limité à 20. Plus d'info ici


Réalisé grâce au concours et au soutien : du SPW-Direction de la Recherche et du Développement, du BWAQ asbl, du CARAH asbl, du CRA-W, du CORDER asbl, de la Province de Liège – Agriculture, de ULg-GxABT, de l'OPA qualité Ciney asbl, de Réquasud asbl.